Essais » Articles

¤Article : "Système Politique de Morgoth et Sauron" (page 1/2)

par Guilhemette Ambroise



Melkor appartient à la race des Valar, les êtres les plus puissants d’Arda. De par ce statut il a eu la possibilité de diriger des Maiar comme il est dit dans le Silmarillion : « Avec les Valar vinrent d’autres esprits (…) Ce sont les Maiar, les sujets des Valar, leurs aides et leurs serviteurs1 ». Il commença par en recruter plusieurs, les attirant par sa grandeur mais aussi par la corruption et le mensonge2 . Il tenta d'entraîner Ulmo à sa suite mais celui-ci fini par retourner à Aulë. Néanmoins, de nombreux Maiar le suivirent, comme les Valaraukar ou Balrogs.
Melkor construisit sa forteresse, Utumno, au Nord d’Arda, sous les Montagnes glacées3 . Il y développa sa puissance, entouré d’êtres pervertis et de ceux qui l’avaient suivi au temps de sa splendeur. Il créa également de nombreux monstres de formes diverses, comme les Dragons et les Trolls.
Il bâtit une seconde forteresse du nom d’Angband et qui fut commandée par son lieutenant, Sauron4 .

Après la chute d’Utumno, Morgoth éleva le Thangorodrim pour protéger Angband. Les légions de ses monstres et de ses démons se multiplièrent. Les Orcs, apparus plusieurs siècles plus tôt, purent croître. Il prit le titre de Roi du Monde et sertit les Silmarils sur sa couronne. Il ne quitta plus l’Angband par la suite5 .

Type de Régime


Quel est le pouvoir exercé par Morgoth ? Quel type de régime est le sien ? Il pourrait être qualifié de Monarque de droit divin. En effet, si on fait un parallèle avec d’autres systèmes religieux, Ilúvatar serait le Dieu suprême et les Valar des Dieux inférieurs ; comme Odin dirige les Ases ou Zeus les autres dieux Grecs. Morgoth a, par essence, la capacité à régner. Les autres Valar ont choisi d’enseigner leur sagesse bien qu’ils pourraient également s’édifier des royaumes. On retrouve la même notion que dans les monarchies de droit divin qu’a connu la France : le monarque trouve la source de son pouvoir dans l’accord divin qui lui donne la capacité à régner. La seule différence est qu’ici un Vala est effectivement et sans conteste d’essence divine. Quant à la monarchie, Morgoth s’est effectivement proclamé roi et est entouré d’une cour comme il est dit dans le Silmarillion : « sa cour toute entière fut prise de sommeil » 6 . De même, dans les Contes et Légendes Inachevés Premier Âge, Morgoth dit à Húrin : « Je suis l’Ancien Roi : Melkor, le premier et le plus puissant des Valar, qui fut avant que le monde ne fût, et qui fit le monde. L’ombre de mon dessein se projette sur Arda, et tout ce qui s’y trouve se soumet lentement et sûrement à mon vouloir. (…) car tu as osé (…) douter de la puissance de Melkor, Maître des destinées d’Arda. » 7
Morgoth occupe une position à laquelle il a droit, mais néanmoins son règne est un régime de terreur comme le montrent plusieurs textes :
« Il gardait pourtant sur lui la majesté des Valar bien qu’elle n’inspirât plus que la terreur et que tous, sauf les plus grands, étaient pris d’épouvante à sa vue. 8 »
« Et sa voix fit résonner les roches sinistres qui n’avaient jamais entendu que des cris de peur et de malheur.9 »


A la chute de Morgoth, Sauron l’a remplacé. Il a commencé par fuir la chute de son Maître, laissant croire aux Valar qu’il reniait son allégeance, mais peut-être l’avait-il effectivement fait pour un temps. Au moment où il réapparaît sur la Terre du Milieu, c’est pour prendre le pouvoir. Ceci n’est pas tellement surprenant. Les Valar ne pouvant pas avoir de descendance, la monarchie ne peut pas être héréditaire, mais Sauron étant le plus puissant des serviteurs de Morgoth10 , il est logique que la domination soit passée à lui. Donc, au contraire d’une monarchie classique, basée sur l’autorité, ici c’est le pouvoir qui prime.
Néanmoins, il s’agit toujours très nettement d’une monarchie. D’ailleurs, après avoir forgé les Anneaux, il se proclame Roi de la Terre. Lui aussi est monarque de droit divin vu qu’il est également de la race des Ainur et donc habilité à régner. Il est à noter qu’étant un Maia, il n’a que peu de pouvoir sur les autres Maiar contrairement à son Maître.
Lui aussi règne par la terreur, entre autre celle des Nazgûl, et remplit d’effroi le cœur des hommes. Il est également considéré comme un roi des plus puissant comme il est dit dans le Silmarillion : « Sauron était pour eux (les humains de l’Est et du Sud) un roi et un dieu et ils en avaient grand peur, car il vivait dans une demeure entourée de flammes11 ».

On peut donc constater que les régimes de Morgoth et Sauron étaient très proches l’un de l’autre. Tous les deux étaient des Monarchies de Droit Divin, militaristes, quoique à des échelles légèrement différentes étant donné la dissemblance entre les pouvoir d’un Vala et ceux d’un Maia. La composante « terreur » reste, elle, constante.

Organisation du Pouvoir de Morgoth


La monarchie dirigée par Morgoth est très militariste. Les activités de Morgoth rapportées dans le Silmarillion ont toujours trait à sa force de frappe.
Morgoth dirigeait lui-même l’armée depuis Angband :
« De son trône, sans presque bouger de sa forteresse souterraine, il dirigeait ses armées, et il ne prit lui-même les armes qu’une fois pendant la durée de son règne. (…) Il gardait pourtant sur lui la majesté des Valar bien qu’elle n’inspirât plus que la terreur et que tous, sauf les plus grands, étaient pris d’épouvante à sa vue. 12

Il était secondé par Sauron, qui porte lui aussi un titre de noblesse : « Seigneur des Loups-garous » . Il est présenté comme l’être le plus proche de Morgoth, son lieutenant, et quelqu’un de grande puissance et de grande cruauté.
Il est envoyé par Morgoth pour des missions d’importance, comme prendre Minas Tirith – la tour de Tol Sirion – ou trouver la retraite de Barahir13 .
Il tient également le rôle de gardien de la principale voie d’accès à Angband. Tous les serviteurs de Morgoth devaient lui rendre compte de leurs activités14 .

Dans la première version, présentée dans le Second Livre des Contes Perdus, Tol Sirion était tenu par Tevildo, Prince des Chats. Beren devient serf dans ses cuisines15 . Dans ce texte, on retrouve la notion de seigneurs vassaux de Morgoth et de servitude. Tevildo et ses chats pourvoyaient en viande la table de Morgoth. Tevildo est qualifié d’altesse16 .


Les Balrogs sont les Maiar ayant suivi Morgoth dans sa chute. Ils sont susceptibles de servir de bourreaux – on fait référence au tourment des Balrogs. Ils sont dirigés par Gothmog, Prince des Balrogs qui a des trolls pour garde du corps et est présenté comme Grand Capitaine d’Angband17 . Cependant, il est présenté dans le Second Livre des Contes Perdus comme le capitaine des armées de Melko : “Mais maintenant Gothmog seigneur des Balrogs, capitaine des armées de Melko, tint conseil”[CP2 – III la Chute de Gondolin]
Parallèlement, on ne trouve aucun rang supérieur à celui de capitaine pour les Orques. Les Balrogs étant très nettement supérieurs aux Orques dans la hiérarchie, il serait logique de supposer que l’armée soit divisée en deux catégories : la soldatesque Orque jamais plus gradée que capitaine et les Balrogs, eux aussi capitaines, mais de rang bien supérieur. Ainsi, Gothmog a une puissance comparable à celle d’un général tandis qu’un capitaine Orque ne sera jamais plus qu’un capitaine Orque.
Les Orques eux-mêmes se servent des loups comme sentinelles, éclaireurs et montures et sont donc de rang supérieur vis à vis d’eux.
On pourrait résumer ainsi : les Balrogs sont les officiers, Gothmog étant le général ; les orques sont les soldats dirigés par des capitaines ; les loups s’apparentent à des scouts.

Les Dragons ont une position différente, à l’écart de la hiérarchie. Glaurung peut être assimilé à un seigneur vassal de Morgoth. Il a en effet une position très élevée. Il a la possibilité de diriger les autres races, comme on peut le voir dans le Silmarillion : « Glaurung le doré, père des dragons, déploya toute sa puissance, escorté par les Balrogs et suivi par les noires cohortes des Orcs18 » . Il est même présenté comme un roi dans les Contes et Légendes Inachevés : « et il rassembla tous les Orcs sous ses ordres, et régna comme Roi-dragon, et tous le royaume dévasté de Nargothrond lui était asservi.19 ». On voit donc très nettement la puissance de Glaurung, et probablement des Dragons en général, formidables machines de guerre lors des combats et investis d’une grande autorité. Leurs pouvoirs magiques, qu’on peut voir lors des rencontres de Glaurung avec les enfants de Húrin, sont probablement la source de leur autorité.

Morgoth est entouré d’un réseau d’espions. Ceux-ci sont des Orques, des animaux ou des Hommes renégats envoyés sous des apparences trompeuses pour collecter les informations nécessaires à l’avancement de l’effort de guerre.

Ainsi, si Morgoth est le Suzerain et chef incontesté, on peut voir qu’il délègue son autorité. Depuis Angband d’où il coordonne ses actions, il dirige grâce à des émissaires puissants comme Sauron et Glaurung. Ceux-ci sont des Seigneurs de rang très élevé, mais vassaux. On retrouve l’essentiel de la structure de pouvoir moyenâgeuse.
L’armée, point central du pouvoir de Morgoth est dirigée par les officiers – ou chevaliers dans un système moyenâgeux – que sont les Balrogs. Les Trolls servent de garde du corps, les Orques de soldats et les loups de scouts.

Page 2


1 Silmarillion – Valaquenta – sur les Maiar
2 Silmarillion – Valaquenta – sur les Ennemis
3 Quenta Silmarillion – Au commencement des jours
4 Quenta Silmarillion – La venue des Elfes et la captivité de Melkor
5 Quenta Silmarillion – IX – La Fuite des Noldor
6 Quenta Silmarillion – XIX – Beren et Lúthien
7 Contes et Légendes Inachevés 1 – Narn I Hîn Húrin – Les paroles de Húrin et de Morgoth
8 Quenta Silmarillion – IX – La Fuite des Noldor
9 Quenta Silmarillion – XIII – Le Retour des Noldor
10 Quenta Silmarillion – Akallabeth : « Sauron revint sur les Terres du Milieu, il grandit et se tourna de nouveau vers le mal que lui avait enseigné Morgoth dont il avait été l’un des plus puissants serviteurs. (…) il avait fortifié Mordor et y avait construit la tour de Barad-dûr. Ensuite, il s’efforça de dominer les Terres du Milieu pour devenir le roi de tous les rois et un dieu pour les hommes »
11 Quenta Silmarillion – Les Anneaux du pouvoir et le Troisième Âge
12 Quenta Silmarillion – IX – La Fuite des Noldor
13 Quenta Silmarillion – XVIII – La ruine de Beleriand et la chute de Fingolfin : « Seigneur des Loups-garous, son règne était un supplice. Il prit d’assaut Minas Tirith grâce à un sombre nuage de terreur qu’il jeta sur les défenseurs… »
LB p 337 – The Lay of Leithian recommenced v253-261 : “There Morgoth's servants fast him caught – and he was cruelly bound, and brought – to Sauron captain of the host – the lord of werewolf and of ghost,- most foul and fell of all who knelt – at Morgoth's throne. In might he dwelt – on Gaurhoth Isle; but now had ridden – with strength abroad, by Morgoth bidden - to find the rebel Barahir.”
14 Quenta Silmarillion – XIX – Beren et Lúthien : « ils se hâtaient sans même s’arrêter pour raconter ce qu’ils avaient fait, comme devaient le faire tous les serviteurs de Morgoth qui passaient par là. »
15 LCP2 – Conte de Tinúviel : « for Beren to be made a thrall of Tevildo Prince of Cats. (…) Now Tevildo was a mighty cat (…) and that cat had all cats subject to him, (…) »
16 LCP2 – Conte de Tinúviel : « tu es sens permission dur la terrasse ou son altesse Tevildo et ses vassaux prennent le soleil »
17 Quenta Silmarillion – XIII Le Retour des Noldor et XX La cinquième bataille : Nirnaeth Arnoediad.
18 Quenta Silmarillion – XVIII – La ruine de Beleriand et la chute de Fingolfin
19 Contes et Légendes Inachevés 1 – Narn I Hîn Húrin – La Venue de Glaurung

Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-05-26 16:54
Auteur : Gildor Inglorion

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 5 sur 5 (1 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement