Essais » Articles

¤Article : "Système Politique de Morgoth et Sauron" (page 2/2)

par Guilhemette Ambroise



Organisation du Pouvoir de Sauron


Sauron, en tant que simple Maia n’a que peu de pouvoir sur les autres Maia. Il est de pouvoir supérieur aux Balrogs, mais on ne trouve aucune trace prouvant qu’il ait eu des rapports avec eux au Deuxième et Troisième Âge.
Tous ceux qui le suivent sont des sujets et on ne trouve pas de rapports de vassalité entre seigneurs comme celui de Glaurung et Morgoth au Premier Âge. Néanmoins, il est fort possible qu’il ait eu de l’influence sur certaines créatures indépendantes, comme le Balrog de la Moria ou Arachné. Ces êtres ne semblent pas lui obéir, il n’est pas non plus prouvé qu’il connaisse l’existence de certains d’entre eux. Néanmoins il est possible que ces créatures aient ressenti son appel, oeuvrant dans le même but que lui sans être pour autant dans son armée. Il est d’ailleurs dit dans le Silmarillion : « De nouveau il rassembla sous son égide les créatures malfaisantes du règne de Morgoth, celles qui restaient sur la terre ou en dessous, et les Orcs vinrent à son ordre et se multiplièrent comme des mouches. 20 » . Ceci laisserait penser que les monstres comme le Guetteur du Lac auraient eu des contacts avec lui, sans lui obéir au doigt et à l’œil, mais en tenant compte de sa présence.

Sauron délègue ses pouvoirs, tout comme son maître avant lui.
Il a ses généraux, les Nazgûl. Peut-être pourrait-on même considérer le Roi-Sorcier comme un maréchal tellement son influence est grande.
Les Nazgûl répandent la terreur, même parmi les Orques. Dans le chapitre III du livre III du Seigneur des Anneaux, on en trouve cette description lorsque Grishnákh parle à Uglúk : « Vous devriez savoir qu’ils sont la prunelle du Grand Œil. Mais les Nazgûl ailés : pas encore au-delà du Grand Fleuve, pas trop tôt. Ils sont réservés à la Guerre – et à d’autres fins. »
Et plus tard, au chapitre dix, on voit Gorbag dire à Shagrat : « Les Nazgûl me donnent la chair de poule. Ils vous écorchent le corps aussi facilement qu’ils vous regardent, et ils vous laissent tout froids dans le noir de l’autre côté. Mais Lui les aime, se sont Ses favoris à l’heure actuelle ». On trouve des allusions aux Grands Patrons et au plus Grand, respectivement les Nazgûl et le Roi-sorcier. Ces deux citations montrent nettement l’aura de pouvoir qu’ils ont pour les Orques. Mais on les voit aussi comme les favoris de Sauron, indiquant de ce fait leur place privilégiée et prépondérante dans l’armée.
La structure Orque semble la même que sous Morgoth : le grade le plus élevé est celui de capitaine.
Les Hommes occupent la même place, plus ou moins indépendante, représentés comme des alliés répondant à l’appel d’un suzerain.
Dans l’ensemble, la hiérarchie du pouvoir est sensiblement la même durant règne de Morgoth et durant celui de Sauron : quelques êtres supérieurs tenant le rôle d’officiers, des légions de soldats Orques et des Hommes Alliés.

Conclusion


Dans le système Moyenâgeux qu’est celui de la Terre du Milieu, les régimes de Morgoth et de Saurons se sont succédés de façon logique. Ils ont rempli la fonction nécessaire de règnes de terreur s’opposant au règnes bons et justes des Elfes et des Hommes (même si ceux-ci ne sont pas irréprochables). Vu le contexte, il était tout à fait normal qu’il s’agisse de Monarchies, elles-mêmes quelque peu exaltées par le statut divin de Morgoth et Sauron.
Ils ont tout deux exercés leur pouvoir de la même façon, se servant de leur majesté pour s’attirer des alliés et de la terreur qu’ils inspiraient pour garder leur influence sur ceux qui les avaient rejoints. Dans un monde d’Héroic Fantasy, la présence d’armées était nécessaire et ces deux monarchies sont devenues des régimes uniquement basés sur la force militaire et sa stricte hiérarchie. On retrouve la même organisation dans les deux cas, même si Sauron et Morgoth n’ayant pas les mêmes pouvoirs, l’échelle de puissance de leurs vassaux n’est pas la même. Ainsi, on a dans les deux hiérarchies un second plus ou moins indépendant (Sauron ou le Roi-Sorcier), un officier supérieur (Gothmog ou le Roi-Sorcier), des officiers (les Balrogs ou les Nazgûl), des soldats orques et des alliés humains. La seule différence est la présence dans le régime de Morgoth de Seigneurs vassaux (Glaurung, Sauron) et celle dans celui de Sauron de « pseudo-alliés » (le Balrog de la Moria, Arachné…).
Au final, on a bien une continuité dans les « forces du mal », dans leurs Seigneurs, dans leurs régimes et dans leur hiérarchie. Ceci permet de faire un lien entre le Premier Âge et le Troisième Âge, entre Sauron et Morgoth, entre les Guerres du Beleriand et la Guerre de l’Anneau. Ces monarchies créent une certaine forme de stabilité militaire dans l’esprit du lecteur et lui permettent, je pense, d’appréhender plus facilement les légers déséquilibres induits par les héros et qui amèneront finalement à la chute de ces régimes.

Page 1



20 Quenta Silmarillion – Les Anneaux du pouvoir et le Troisième Âge

Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-05-26 16:55
Auteur : Gildor Inglorion

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 3.5 sur 5 (2 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement