Compilations » Peuples » Elfes

*Compilation : Les Elfes Maléfiques

LES ELFES MALEFIQUES





des Elfes meilleurs ?

Cédric Fockeu - 15/01/1999

Tout au long de l'oeuvre de Tolkien, on peut s'apercevoir que Tolkien n'a pas pour l'espèce humaine une grande affection.
En effet, ce sont les Hommes qui, les premiers, se tournent vers Melkor / Morgoth. Ils sont, semblent-ils, les plus susceptibles de tourner leur coeur vers le "côté obscur de la force".
Ce sont d'ailleurs les Hommes qui ont occasionné le plus de trahisons. Et particulièrement les Orientaux et autres Suderons. Et même les Númenoréens eux aussi ont succombé.

Les Nains ne sont pas en reste car Mîm n'était pas d'une grande loyauté, lui non plus. Ils sont d'ailleurs assez réfractaires pour ce qui est des contacts avec le monde extérieur (dans le sens où ils vivent sous les montagnes). Et ce sont eux qui, par leurs "fouinages" incessants ont réveillé des monstres que l'on ne peut nommer, ce qui a causé la perte de nombre d'entre eux.

Même les Hobbits se sont révélés incapables (si ce n'est les Touque et Brandebouc) de se battre contre l'installation de mauvais hommes dans la Comté (cf. la fin du Seigneur des Anneaux).

Ma question est de savoir si les Elfes, créatures les plus pures s'il en est, ont eux aussi suscité le mal. A part deux cas, Eöl l'Elfe Noir et Fëanor, aucun autre nom ne me vient à l'esprit.



les Elfes mauvais

Patrice Machin - 15/01/1999

Fëanor à lui tout seul vaut bien toutes les crapules les plus abjectes que la Terre ait jamais vu naître. Dans la série des fourbes notoires, on ne manquera pas non plus de citer Saeros et Maeglin, qui prouvent à eux deux que le mal est bien une affaire d'individus, pas de races (même chez les Trolls : prenez le Troll Solitaire, par exemple).



Fëanor

Benoît Nadon - 29/01/1999

Non je ne crois pas que Fëanor soit une créature abjecte. Il s'est enorgueilli et est devenu mauvais, mais il n'est pas une crapule de nature, il était même l'Elfe le plus pur qui soit. Pour d'autres cas de mauvais Elfes, il y a bien sur les fils de Fëanor (excepté Maedhros) qui ont hérité de cet enorgueillissement.



d'autres Elfes mauvais

Daniel Gagnon - 15/01/1999

Il y'en a d'autres parmi les fils de Fëanor : Celegorm, Curufin, Caranthir. Il y a Saeros qui énervait Túrin. Maeglin qui mourrait d'amour pour Idril et Celebrindal qui a trahi Gondolin.
Tous les rescapés d'Angband étaient tenu suspects. Les Avari n'aimaient point les Noldor. Les Avari étaient plutôt neutres et ne se battaient d'un côté ni de l'autre. Ils ressemblent plus aux Humains qu'aux Eldar.
Morgoth a sûrement perverti des Fëar (esprits ou âme) elfiques pour en faire des monstres.



complexité de Fëanor

Irène de los Santos - 24/01/1999

Beaucoup d'entre nous pensent que Fëanor était entièrement mauvais. Je ne suis pas d'accord.
D'abord, chez Tolkien, personne n'est mauvais dès le départ, pas même Sauron ou Melkor... Mais ils sont devenus mauvais, par orgueil et égoïsme.

Fëanor avait d'abord bien commencé. Comblé de dons, il a voulu avec ses Silmarils créer des joyaux dignes de la beauté des Deux Arbres, à la fois comme don aux Elfes et aux Ainur, et comme célébration de la Création (l'art chez Tolkien a toujours ce double sens, à la fois récréatif et religieux, voir l'essai sur les contes de fées).
Mais ça se gâte par la suite : Fëanor écoute les mensonges de Melkor, il tire l'épée devant l'assemblée des Valar...
Pourquoi Fëanor a-t-il été si réceptif aux insinuations de Melkor, pourquoi s'est-il embarqué dans sa quête criminelle et désespérée ? A défaut d'explorer ses motivations psychologiques, et si on reste dans l'optique chrétienne, on peut remarquer que ses actions peuvent être considérées comme trois graves péchés :
- l'orgueil (il est tellement fier de ses oeuvres qu'il oublie que la lumière des Silmarils provient en fait d'Ilúvatar, et défie les Valar, qu'il méprise),
- l'avarice (il veut garder pour lui seul et ses fils la vue de ses joyaux),
- la colère (tire l'épée contre son demi-frère, attaque les Teleri, abandonne ses alliés, etc.).

Bref, Fëanor est un personnage complexe, qui avait en lui le potentiel pour le bien (son amour de la connaissance et de la beauté, son intelligence et son courage) comme pour le mal. Et comme beaucoup, il a mal tourné : il est celui par qui le malheur arrive, s'étant dans son aveuglement laissé manipuler par Melkor. C'est par lui qu'arrive la Chute des Elfes (tout comme Melkor et Sauron sont responsable de la Chute des Ainur, et les alliés humains de Morgoth de celle des Hommes).
Le "péché originel" de Melkor ne sera jamais réparé sur Arda (la Terre), qui reste à jamais souillée et meurtrie : c'est pourquoi les Eldar (qui tirent leur substance matérielle de celle d'Arda, voir History of Middle-Earth X) ne peuvent y vivre indéfiniment sans éprouver lassitude et amertume, et retourner en Aman auprès des Valar.
Mais les péchés des Elfes et des Hommes ont été "rachetés" par le voyage d'Eärendil et sa supplique au nom des deux peuples. Mais après le départ des Eldar, les Humains restent seuls maîtres de la Terre.

J'ai peut-être tort de préférer cette lecture "chrétienne" de l'univers de Tolkien, mais on ne peut pas ignorer l'importance de la religion dans la vie et l'inspiration de Tolkien.



lien de cause à effet

Benoît Nadon 24/01/1999

Tolkien a tenté de passer un message de religion chrétienne dans ces oeuvres, et je crois qu'il a bien réussi par le Silmarillion et le Seigneur des Anneaux. J'ai beaucoup apprécié cette dimension de ces oeuvres (qui n'allait toutefois pas jusqu'à l'allégorie), étant moi-même un protestant pratiquant.

Je pense que beaucoup de gens peuvent faire de grandes oeuvres et s'enorgueillir ensuite, tel Hitler (bien qu'il ait peut-être été déjà fou à l'origine), et en acquérir une folie en prenant de mauvaises décisions. Soit c'est un passage sans retour ou bien il peut y avoir un changement radical. Tel n'a pas été le cas de Fëanor.
Peut-être, comme le suggère le Silmarillion, que lorsque Ungoliant a empoisonné les Arbres et que Yavanna a demandé à Fëanor les Silmarils, s'il n'avait pas refusé à moins d'y être forcé, même si cela n'aurait rien changé car les Silmarils étaient déjà volés, peut-être aurait-il agit différemment.



Thranduil

Hubert Molière - 20/01/1999

En fait, je m'interroge beaucoup sur l'attitude du roi Elfe de la Forêt Noire (Thranduil := Elfe Sindar, roi des Elfes du nord de la Forêt Noire, père de Legolas, qui fût un des compagnons de l'Anneau).
En effet, dans Bilbo le Hobbit, je trouve que son attitude et celle de son peuple n'est pas très claire (il fait prisonnier les Nains et Bilbo, il semble avoir un pouvoir sur la ville d'Esgaroth, il tente ensuite de récupérer des parts du trésor du Mont Solitaire alors qu'il ne voulait pas laisser aller les Nains.)

Je ne sais pas si c'est exact comme analyse mais si elle l'était, peut-on rapprocher cette attitude de celles des autres Elfes "mauvais".



la haine envers les Nains

Guillaume Boddaert - 20/01/1999

J'ai eu pour ma part la même impression... Ils boivent, ils sont méchants et c'est presque s'ils ne torturent pas les Nains...
J'estime qu'il faut lire le livre en tant que première oeuvre de J.R.R. Tolkien, ainsi toutes les attitudes ne sont pas encore carrées, et les personnages sont comme ils sont...
Pour ce qui est de l'explication, il ne faut pas oublier que les Sindar haïssent les Nains (cf. chute de Doriath), que le peuple de Thranduil est Nandor (c'est-à-dire des Elfes "inférieurs") donc ils n'ont pas la prestance des Noldor ou des Teleri... Donc on peut comprendre leur goût pour la beuverie... Par contre, les Hommes sont traités avec respect quoique avec une certaine hauteur (chose normale vu la fierté des Sindar et le refus de Thingol d'accueillir les Hommes en Doriath). Enfin, sur le fait qu'ils souhaitent s'approprier le trésor, cela remonte au vol du Nauglamir (toujours à Doriath). Thranduil et son père (mort lors de la Guerre de la Dernière Alliance ) sont des Sindar qui ont prit royaume chez les Nandor.

C'est une longue affaire que la haine entre Nains et Elfes (particulièrement les Sindar).
En gros, bien que curieuse pour des Elfes l'attitude des Elfes de Thranduil est explicable et cohérente...
Par contre, de là à comparer Thranduil et Fëanor...



des Elfes Sylvains méfiants

Daniel Gagnon - 20/01/1999

Oui, Thranduil a un certain pouvoir sur Esgaroth car c'est une ville de commerce et Thranduil est un puissant seigneur très riche. Les gens d'Esgaroth sont bien obligés de faire quelques sacrifices de temps en temps pour garder l'amitié du Roi.

Pour sa tentative de prendre de l'or et bien c'est l'appât de la richesse, rien d'étonnant. D'ailleurs il se pourrait bien que les Nains possédaient des paiements fait par les Elfes pour un travail qu'ils n'ont jamais remis (la cotte de Mithril de Bilbo avait été faite pour un prince Elfique (Legolas ?). Thorin étant trop jeune pour se rappeler les transactions de ses ancêtres alors que les Elfes ont la mémoire très longue.

Mais les Elfes Sylvains ne sont pas méchants, et ne le deviennent pas quand ils sont attqués. Ils sont méfiants voilà tout (comme tous les Nandor, qui préfèrent les attaques à couvert et le camouflage). Si Thorin et compagnie n'avaient pas surpris par trois fois les festivités, Thranduil n'aurait jamais eut vent de leur présence. D'ailleurs les Nains ne sont pas si mal traités. C'est plutôt l'attitude de Thorin qui énerve le Roi et réveille sa haine des Nains.

Par contre, je ne pense pas que les Nains de Khazad-dûm aient été impliqués dans l'affaire du Nauglamir. Ils ne possèdent aucunes des richesses de Doriath qui ont été jeté dans le lit de la Rathlóriel disparu avec le Beleriand.



Maeglin

Irène De Los Santos - 24/01/1999

Pour comprendre une partie du message, il est nécessaire de savoir que l'objet des mails précédent était "Elfes Noirs".

On s'est demandé s'il y avait chez Tolkien des "méchants" parmi les Elfes, comme on trouve des traîtres et des criminels chez les Humains. On a parlé des Elfes Noirs (en VO, "Dark Elves") comme Eöl et son fils Maeglin.

Pourtant je ne pense pas que les Elfes Noirs soient mauvais de nature (comme les Orques) ou même qu'ils aient été constamment du "mauvais" côté (comme les Orientaux parmi les Humains).
"Elfes Noirs" est juste la traduction de Moriquendi, c'est-à-dire ceux qui n'ont jamais vécu en Aman. Parmi eux, les Avari n'ont pas répondu à l'appel des Valar de venir s'installer à Valinor. Ils se sont cachés dans les bois par peur d'Oromë, car ils l'ont confondu avec le "cavalier noir" sous la forme duquel Morgoth leur était apparu, immense et terrifiant, et faisant enlever des Elfes parmi eux, qui ne revenaient jamais.
Et si les Elfes Noirs se sont depuis lors tenus à l'écart de tous, ils sont sans doute pour la plupart restés tranquilles, sans faire de mal à personne.
Comme le Silmarillion est raconté par les Eldar, on parle peu des Moriquendi ! Seul Eöl était vraiment malfaisant, par son égoïsme et son intolérance.
Le cas de Maeglin est plus complexe : il a subi l'influence de son père, et comme lui il est prêt à commettre des crimes pour obtenir l'objet de ses désirs (Idril), mais c'est seulement sous des tortures insoutenables qu'il révèle l'emplacement de Gondolin. La vraie traîtrise commence quand il n'en révèle rien à son retour... Il avait là l'occasion de se racheter mais ne l'a pas utilisée.

Mais les Elfes Noirs, ou Moriquendi, comprennent aussi les Sindar (eh oui, ceux de Doriath, et d'ailleurs un fils de Fëanor traite Thingol d'Elfe Noir, pour l'insulter), les Nandor (comme Saeros, moins raffinés et civilisés que les Sindar, qui ont vécu sous l'influence de la Maia Melian) et les Laiquendi, les Elfes verts dont descendent Thranduil et Legolas. D'ailleurs, on peut comprendre la méfiance de Thranduil à l'égard de Thorin et Cie : les Elfes de la Forêt Noire vivaient dans un endroit dangereux, sous l'ombre du Nécromancien de Dol Guldur et la menace des Orques, et n'avaient pas intérêt à laisser vagabonder chez eux des étrangers bizarres, qui refusent d'expliquer leur présence, surgissent brusquement lors des cérémonies (les banquets) en faisant peur aux Elfes et le prennent de haut avec leur roi. Difficile de lui jeter la pierre !

Remarque : la plupart des Elfes Noirs survivants à la fin du Troisième Age sont restés en Terre du Milieu, donc ils doivent encore vivre parmi nous...



Eöl

Hubert Molière - 25/01/1999

Eöl n'est pas du tout un Noldor égaré de la marche parmi les Lindar. En fait, c'est un Teleri et a fait partie de la Maison de Thingol :
"Là se tenait Eöl, qu'on appelait l'Elfe Noir. Il avait fait partie de la maison du Roi Thingol, mais il s'était toujours senti mal à l'aise et inquiet au royaume de Doriath, et quand l'Anneau de Mélian entoura la Forêt de Région où il vivait, il s'enfuit jusqu'à Nan Elmoth." Le Silmarillion.

En fait, c'est cette appartenance qui fait de lui cet être que l'on pense si malfaisant. C'est vrai qu'Eöl est probablement un personnage un poil solitaire et secret mais il n'est pas méchant de nature. Son mauvais côté vient de sa haine pour le peuple des Noldor qu'il tient responsable du retour de Melkor en Angband et de s'être approprié les terres de son peuple :
"Il évitait les Noldor, les tenant responsable du retour de Morgoth qui avait troublé la paix de Beleriand..." Le Silmarillion.

Eöl s'adressant à son fils lorsque celui-ci lui dévoile son projet de voyage vers Gondolin :
"Tu appartiens à la Maison d'Eöl, Maeglin mon fils, non à celle des Golodhrim. Ces terres sont celles des Teleri, et ni moi ni mon fils n'auront commerce avec les assassins de mon peuple, les envahisseurs et les usurpateurs de nos royaumes." Le Silmarillion.

Donc, la méchanceté d'Eöl vient des méfaits des Noldor et ne s'applique probablement qu'aux Noldor et pas à ces voisins du royaume de Thingol qui sont également ses parents (probablement comme les habitants d'un pays occupé par un ennemi se rebelleraient). Alors, on peut se demander pourquoi il a pris une femme Noldo pour épouse. La réponse est simple : probablement par amour mais également comme un signe de défi aux Noldor.
En conclusion, je dirais tout simplement que Eöl n'était pas méchant.



querelle interne

Hubert Molière - 26/01/1999

Je ne connaissais pas l'existence de cette querelle interne. Il est vrai que le fait qu'il y ait des mésententes entre les deux races ne m'était inconnu, mais là, je pense que cela peut expliquer beaucoup de choses quand aux méchancetés de certains Elfes comme celles de Eöl.
Par contre, c'est vrai que Eöl se comporte comme un Noldo, mais cela ne veut pas dire qu'il en était un (même un resté en Terre du Milieu). Il existe des exceptions partout et cela en est sûrement une. De toute façon, il est dit dans le Silmarillion que tous les Noldor franchirent la Grande Mer pour ce rendre à Valinor. Cela clôture le débat de la nature de Eöl je pense.



Nous tenons à remercier Cédric Fockeu, Patrice Machin, Benoit Nadon, Daniel Gagnon, Irène De Los Santos, Hubert Molière et Guibod pour leurs contributions.
Discussion compilée par Guilhemette Ambroise




Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-04-01 14:42
Auteur : Gildor Inglorion

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 5 sur 5 (1 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement