Compilations » Personnages

*Compilation : Galadriel, Aragorn et l'Elessar

GALADRIEL, ARAGORN ET L'ELESSAR





Pourquoi Galadriel donne l'Elessar

Olorin Gandalf - 14/04/2000

Me voici tombé sous le charme de la Belle Dame Galadriel, celle qui offre à chacun ce qui lui revient...
Hors voici ce dont je me souviens : Galadriel, bien que s'opposant √† F√ęanor, √©tait tr√®s d√©sireuse de partir pour la Terre du Milieu afin d'accro√ģtre sa puissance et son pouvoir. Elle n'a pas h√©sit√© √† braver l'Interdiction des Valar. Elle a accept√© un des trois anneaux forg√©s pour les Seigneurs Elfes, de m√™me qu'elle a accept√© l'Elessar (sans doute remis par Ol√≥rin !)...
Comment peut-elle accepter de se débarrasser de ce dernier joyau au profit d'Estel-Aragorn-Elessar?
Et quelle aide notre ami Aragorn en retire-t-il?



Peut-être à cause d'Arwen

Benoit Nadon - 15/04/2000

C'est très intéressant comme question. Peut-être un symbole montrant que Galadriel veut aider Aragorn... Peut-être par rapport au mariage d'Aragorn avec la petite-fille de Galadriel...



Les deux histoires concernant l'Elessar

Arafinw√ę Ingalaur√ę - 15/04/2000

Je vous rappelle qu'il y a plus de deux version de l'histoire de l'Elessar. Il y en a une qui parle d'Ol√≥rin qui aurait rapport√© la pierre que jadis portait Idr√≠l Celebrindal (cela voudrait dire que T√ļor et elle ont atteint Valinor avant leur fils √čarendil), ou la version qui veut que Celebrimbor par amour pour Galadriel ait cr√©√© une pierre semblable √† celle d'Idr√≠l.



Une des versions sur la venue de l'Elessar à Galadriel

J.R. Lecocq - 15/04/2000

On peut lire dans les Contes et Légendes Inachevés II, à propos de l'Elessar :
"Et dès lors qu'elle détint l'Elessar, toute chose s'éclaira autour de Galadriel et cela jusqu'à la montée de l'Ombre dans la Forêt. Mais par la suite, Celebrimbor lui ayant donné Nenya, le principal des Trois Anneaux, elle pensa n'en avoir plus l'usage, et elle en fit dont à Celebrían, sa fille, et ainsi vint-il à passer aux mains d'Arwen et d'Aragorn qu'on appela Elessar."

Galadriel était blessée de voir le flétrissement des belles choses de la Terre du Milieu telle qu'elle l'avait connue et se languissait de l'Elessar, créée par Enerdhil (ou Celebrimbor) de Gondolin. Quand elle le reçut (soit l'original rapporté par Olórin-Gandalf d'Aman, soit une copie créée par Celebrimbor, selon la version), elle put enfin panser les plaies et faire de la Lórien un jardin de beauté.
Mais elle se sépara de l'Elessar quand Celebrimbor lui donna Nenya, se dernier ayant (on peut le supposer) un pouvoir plus puissant quant au maintien de la beauté de la flore.

Ce passage des Contes et Légendes Inachevés II sur l'Elessar et sur Galadriel & Celeborn est assez obscur, vu que deux versions ont l'air de co-exister...

Quant à la façon dont Aragorn II Elessar utilisa l'Elessar, je ne saurais vous dire. Peut-être à la façon dont Gandalf a utilisé Narya, entretenir l'espoir et irradier de courage...



Utilisations de l'Elessar par Aragorn

Olorin Gandalf - 17/04/2000

Pourrait-on penser que notre ami Aragorn s'en servit en différentes occasions, comme : regarder sans crainte dans le Palantir d'Orthanc et défier Sauron ; refaire pousser le "Jeune Arbre"; aider ses amis de La Comté à ramener leur région à la vie, en plus de l'aspect "magique des graines" ??? Et dans d'autres occasions, comme l'utilisation de l'Athelas?





Aragorn et l'Elessar

J.R. Lecocq - 18/04/2000

Pour tous les points que tu √©voques o√Ļ Aragorn a pu utiliser √©ventuellement le pouvoir de l'Elessar, je ne suis pas √† chaque fois du m√™me avis que toi, en tout cas, selon les √©l√©ments cit√©s...

Pour ce qui est du Palantír d'Angrenost (Orthanc), on peut lire dans les Contes et Légendes Inachevées III que "Les Pierres étaient légalement utilisables par quiconque en avait reçu bonne et due autorisation, soit d'un "Héritier d'Anárion", soit d'un "Héritier d'Isildur", autrement dit, d'un Roi légitime du Gondor ou de l'Arnor". Même pendant l'absence des Rois du Gondor, les Surintendants étaient autorisés à regarder dans une des Clairvoyantes, prérogative dont s'est servi Denethor. Aragorn était l'Héritier direct d'Isildur, et il "revendiqua le droit de prendre possession de la Pierre-Orthanc, à l'époque sans propriétaire ni gardien ; et aussi parce qu'il était de jure le Roi légitime et du Gondor et de l'Arnor" [Contes et Légendes Inachevés 3].
Aragorn, de par ses nombreux voyages et sa tr√®s grande exp√©rience avait une tr√®s grande force d'√Ęme et un caract√®re tr√®s endurci. "Quand donc ai-je √©t√© irr√©fl√©chi ou imprudent, moi qui ai attendu et qui me suis pr√©par√© durant tant de longues ann√©es ?" [Les Deux Tours] dit Aragorn au moment de prendre possession de la Pierre. Aragorn ressort ext√©nu√© du fait d'avoir regard√© dans le Palant√≠r : "Ce fut une lutte √Ępre, et la fatigue est lente √† passer. Je ne lui dis pas un mot, et, √† la fin, je for√ßai la Pierre √† n'ob√©ir plus qu'√† ma seule volont√©." [Le retour du Roi], et rien ne laisse supposer que l'Elessar ait jou√© un r√īle quelconque. Ses capacit√©s √©taient surtout li√©es aux corps, et peu en fait √† l'esprit, contrairement √† Narya, dont le pouvoir principal √©tait d'enflammer les coeurs et de donner le courage de combattre le Mal.
Pour finir avec le Palant√≠r, il ne faut pas oublier qu'Aragorn a vu quels p√©rils mena√ßaient le Gondor, et surtout, qu'il fallait absolument garder l'attention de Sauron hors du Mordor et se concentrer vers ses ennemis ouverts ("Aujourd'hui, √† l'heure m√™me de ses grands desseins, l'H√©ritier d'Isildur et l'Ep√©e sont r√©v√©l√©s ; car je lui ai montr√© la lame reforg√©e." [Le retour du Roi]) afin de permettre √† Frodon de poursuivre sa Qu√™te de l'Anneau et de le d√©truire en plein coeur de son royaume dans les Crevasses du Destin. Aragorn devait imp√©rativement se d√©clarer et d√©fier Sauron, et donc trouver la force en lui-m√™me qu'il a accumul√©e depuis fort longtemps, face √† un ennemi qui a d√©j√† vaincu Denethor, et surtout Saroumane (un Ma√Įa de surcro√ģt).

Il semble aussi qu'Aragorn ait un certain pouvoir sur la faune, quand il "porta la main sur le plant, et voil√† que celui-ci ne sembla ne tenir que l√©g√®rement √† la terre ; Aragorn le retira sans mal, et il rapporta √† la Citadelle" [Le retour du Roi] et qu'en √©t√© (la sc√®ne cit√©e se d√©roule au d√©but du printemps), l'arbre est d√©j√† en fleurs. On peut noter la fa√ßon dont Gandalf s'adresse √† Aragorn √† ce moment : "Pourtant, la lign√©e de Nimloth est de beaucoup plus ancienne que la v√ītre, Roi Elessar." [Le retour du Roi], ce qui est √©tonnant de voir Gandalf appeler Aragorn par son titre, alors que ce sont des amis de plus de trente ans (!!!), et encore plus sur Elessar, ce qui serait √† mettre en relation avec le fait que Gandalf (dans l'une des deux versions) est celui qui ram√®ne l'Elessar depuis Aman √† Galadriel. " mais quelque chose de plus, semblait-il : un air de richesse et de croissance, et un rayonnement de beaut√© surpassant celui des √©t√©s mortels" [Le retour du Roi] est peut-√™tre √† mettre en relation avec le verdoiement de Gondolin gr√Ęce √† l'Elessar qui permettait de rendre "tout ce qui s'√©tait fl√©tri ou consum√© comme r√©g√©n√©r√©, ou encore comme s'ils avaient eux-m√™mes retrouv√© la gr√Ęce de leur jeunesse" [Contes et L√©gendes Inachev√©s 2], comme si l'on pouvait penser que le retour du Bien au pouvoir sur la Terre du Milieu avait chass√© toute ombre, mais surtout que l'influence du roi Aragorn II Elessar s'√©tendait √† toutes les r√©gions qui faisaient partie de son vaste royaume.

Pour finir, peut-√™tre pour l'Athelas, l'Elessar a √©ventuellement amplifi√© son pouvoir naturel ("Les mains d'un roi son celles d'un gu√©risseur, et c'est ainsi que sera connu le roi l√©gitime." [Le retour du Roi]), comme l'√©voque le passage dans les Maisons de Gu√©rison o√Ļ Aragorn clame "En v√©rit√©, car en haute langue de jadis, je suis Elessar, la Pierre Elfique, et Evinyatar, le R√©g√©n√©rateur" [Le retour du Roi], puis il montre l'Elessar aux yeux de tous (je suis moi-m√™me assez surpris par cette citation, car je ne connaissais pas ce titre d'Aragorn, Evinyatar). Dans son r√īle de gu√©risseur, d√©j√† vu √† deux reprises en soignant Frodon sur Amon S√Ľl et dans la Moria, on ne peut donc plus n√©gliger le pouvoir de l'Elessar, surtout que "les mains qui touchaient la pierre apportaient aux autres gu√©rison de tous maux" [Contes et L√©gendes Inachev√©s 2], ce court passage donnant ici une preuve ind√©niable.



Compléments sur Galadriel

Daniel Gagnon - 19/04/2000

"... Galadriel √©tait la plus illustre des Noldor, √† l'exception peut-√™tre de F√ęanor, bien qu'elle f√Ľt plus sagace que lui, et sa sagesse ne fit que cro√ģtre au cours des longues ann√©es. Contes et L√©gendes Inachev√©s II (p.98 et 99)

De son nom de m√®re, elle s'appelait Nerwend√ę (jeune-fille-homme ?), et elle grandit bien au-del√† de la taille des femmes Noldor; elle √©tait vigoureuse de corps et d'esprit, et ferme en son vouloir, capable de tenir t√™te, en leur jeunesse m√™me, aux Eldar, tant homme de savoir qu'athl√®tes. Elle avait un renom de beaut√©, m√™me parmi les Eldar, et on tenait sa chevelure pour une merveille √† nulle autre pareille ; car elle √©tait d'or comme celle de son p√®re et de son a√Įeule Indis, mais plus √©paisse et plus radieuse, comme effleur√©e de lointains reflets d'argent, et cet √©clat stellaire, elle le tenait de sa m√®re. Et les Eldar disaient que ses tresses avaient capt√© la lumi√®re des deux Arbres, Laurelin et Telperion. Et ils furent nombreux √† penser que ce fut ce dire qui √©veilla en F√ęanor l'id√©e d'emprisonner et de m√™ler la lumi√®re des deux Arbres, id√©e qui entre ses mains devait prendre la forme des Silmarils. Car F√ęanor contemplait les cheveux de Galadriel dans la joie et l'√©merveillement, et par trois fois il la supplia de lui accorder une m√®che, mais Galadriel se refusa √† lui donner ne serait-ce qu'un cheveu. Et ainsi s'installa l'inimiti√© entre ces deux-l√†, qui √©taient parents, et les plus grands des Eldar au pays de Valinor.

Galadriel √©tait n√©e aux temps heureux de Valinor, mais il s'√©coula bien peu d'ann√©es, selon le comput du Royaume Bienheureux, avant que ce bonheur ne s'embrum√Ęt; et d√®s lors elle ne devait plus conna√ģtre la paix du coeur. Car durant ce temps d'√©preuve et de discorde parmi les Noldor, elle se trouva tiraill√©e de-ci et de-l√†. Et elle √©tait fi√®re et forte et volontaire, comme l'√©taient tous les descendants de Finw√ę, sauf Finarfin; et comme son fr√®re Finrod, de tous ses parents le plus proche de son coeur, elle r√™vait de terres lointaines et d'un pays qui serait sien et qu'elle pourrait gouverner √† sa guise, sans en r√©f√©rer √† sa personne. Et plus profond√©ment encore vivait en elle le noble et g√©n√©reux esprit des Vanyar, et une crainte r√©v√©rencieuse des Valar qu'elle ne pouvait oublier. D√®s son plus jeune √Ęge, elle poss√©da un don merveilleux de p√©n√©tration, mais elle √©tait mis√©ricordieuse en ses jugements, et compr√©hensive, et ne refusait sa bienveillance √† personne, sauf √† F√ęanor. Car en lui elle d√©celait une obscurit√© qu'elle ha√Įssait et redoutait, ... "



Nous tenons √† remercier Olorin Gandalf, Benoit Nadon, Arafinw√ę Ingalaur√ę et J.R. Lecocq pour leurs contributions.
Discussion compilée par Guilhemette Ambroise et Maxime Venin

Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-03-21 17:03
Auteur : Gildor Inglorion

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrťe :

Moyenne des notes : 4 sur 5 (2 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement