Essais » Articles

¤Article : "Arachné Descendante d'Ungoliant" (page 2/3)

Rôle et déplacements d’Ungoliant

Nous venons de voir qu’Ungoliant est probablement apparue à la création du monde. Reste à savoir quels ont été ses déplacements.
Le Silmarillion nous dit qu’elle vivait à Valinor, dans la partie sud de la chaîne des Pelóri et donc au sud de la Baie d’Eldamar, dans un pays du nom d’Avathar : « Il [Morgoth] atteignit le noir pays d’Avathar. C’était une terre étroite au sud de la baie d’Eldamar, aux pieds des Pelóri occidentales, dont les côtes interminables et sinistres s’étendaient vers le sud, obscures et inexplorées. Là, entre les murailles rocheuses et les eaux noires et glacées de la mer, l’ombre était plus profonde que nulle part au monde, et c’est là que, secrètement, à l’insu de tous, Ungoliant avait fait sa demeure. (10) ». Elle était venue là depuis le Nord, en évitant la garde que les Valar maintenaient en place (11).
Le nom de son lieu de résidence a changé avec le temps, mais les éléments principaux , et surtout la localisation, sont restés en place. Ainsi, selon HoMe IV, elle vit dans une région du nom d’Arvalin (12). Seul le positionnement longitudinal varie : le ravin où vit Ungoliant se situe soit dans la partie occidentale de la chaîne des Pelóri (le Silmarillion) soit à l’est de celle-ci (HoMe X (13)).

Son occupation unique était de tisser ses toiles noires et obscures qui la protégeaient de la lumière. Mais elle lorsqu’elle avait faim, elle ressortait se nourrir de lumière avant de s’enfoncer à nouveau dans la pénombre (14). Ces notions restent constantes dans toutes les occurrences. Le rapport d’Ungoliant à la lumière est assez décrit : elle la hait tout en en ayant désespérément besoin. Il semblerait que Tolkien n’ait fait que broder sur le thème de la Nuit Primordiale qu’on voit dans la première version de l’histoire : l’Obscurité n’existe que par la lumière et vice-versa. L’un ne va pas sans l’autre.

Un rapide résumé de la suite de l’histoire me paraît suffisant, la version complète se trouve dans les chapitres VIII et IX du Quenta Silmarillion.
Morgoth vint trouver Ungoliant dans son ravin et lui demanda de l’aide dans son attaque contre les Valar. Pour ceci, il promit des récompenses très importantes, sous formes de richesses et elle accepta.
Protégés par les toiles d’Ungoliant, ils arrivèrent jusqu’au pied des Arbres. Morgoth les blessa de sa lance de ténèbres et Ungoliant colla son bec [sic : « mandibules » aurait été plus juste bien que le terme exact soit « chélicères »] aux troncs pour en aspirer la sève et les Arbres moururent (15). Les Citernes de Lumières furent à leur tour asséchées. Puis, les deux alliés se rendirent à Formenos et Morgoth emporta tous les joyaux des Noldor et les Silmarils et ils s’enfuirent, traversant l’Helcaraxë et arrivant en Terre du Milieu.
Ce fut alors qu’eu lieu la dispute entre Ungoliant et Morgoth, ce dernier refusant de lui payer son dû. Ungoliant ayant grossi et grandi en puissance attaqua Morgoth qui lui donna tous les joyaux qu’il avait volés. Mais comme il lui avait prêté de son pouvoir, il s’était affaibli et sous l’attaque il poussa un cri. Depuis cette région a pour nom Lammoth. Les Balrogs vinrent alors au secours de Morgoth et Ungoliant dut fuir.

Devenir d’Ungoliant

Que devint alors Ungoliant ? Le Silmarillion nous apprend qu’elle est arrivée jusqu’en Dorthonion où elle a vécu un temps : « Elle s’enfuit alors jusqu’à Beleriand, près d’Ered Gorgoroth, et s’enfonça dans un sombre ravin qu’on appela ensuite Nan Dungortheb, la Vallée de l’Épouvantable Mort, à cause des horreurs qu’elle y engendra. Car d’autres créatures immondes en forme d’araignée y vivaient déjà depuis la chute d’Angband, et Ungoliant s’accoupla avec elles pour ensuite les dévorer. (16) » Et un peu plus loin, on trouve cette autre citation : « Bientôt, fuyant le Septentrion, Ungoliant pénétra au royaume de Thingol, enveloppée d’une ombre effrayante, mais elle fut mise en échec par les pouvoir de Melian et ne put entrer à Neldoreth. Elle se tint ensuite sur les pentes obscures des précipices qui bordaient Dorthonion vers le sud. On les appela alors Ered Gorgoroth, les Montagnes de la Terreur, et nul n’osait s’y rendre, ni même les approcher : la vie et la lumière s’y étouffaient et l’eau était partout empoisonnée. (17) ». Ainsi, après l’attaque des Balrogs, Ungoliant a fuit, non pas dans le Grand Sud comme il est dit dans plusieurs occurrences (18), mais seulement jusqu’au Dorthonion où elle est restée quelques temps. On sait qu’elle n’était plus là lors du passage de Beren puisque lorsqu’il se trouve dans l’Ered Gorgoroth il rencontre « Les araignées déchues de la féroce Ungoliant (19) ».
Elle a engendré de nombreuses créatures en ce lieu, et y a fait régner la terreur. Après avoir guéri de ses blessures et s’être reposée, elle a quitté la région comme le montre HoMe X : « Mais Ungoliant alla en Beleriand, et elle vécu là un temps sous l’Eryd Orgoroth [> Orgoroth], dans la sombre vallée qui fut appelée ensuite Nan Dungortheb à cause de l’horreur qu’elle y engendra. Mais quand elle eut guéri ses blessures du mieux qu’elle pouvait et qu’elle eu étendu sa progéniture, elle partit. (20) ». Les Annales Grises (HoMe XI) nous donnent une date d’arrivée, 1495 AA (Années des Arbres), et une date certaine à laquelle elle n’est plus là, la date du passage de Beren, en 464 YS (années du Soleil).
C’est à ce moment là qu’on perd la trace d’Ungoliant. A deux occurrences près, on ne trouve qu’une référence cryptique à son départ vers le Sud et à sa faim qui l’aurait poussée à se dévorer sois-même. Le Silmarillion nous dit : « Même après son départ, quand elle s’enfonça dans les terres oubliées du sud du monde, sa descendance continua de tisser ses toiles hideuses dans cette vallée. Aucun récit ne parle du sort d’Ungoliant. Certains disent que c’est là qu’elle termina ses jours il y a bien longtemps, quand sa faim inextinguible la poussa à se dévorer elle-même. (21) »
Il semblerait bien qu’elle soit morte plus ou moins rapidement, au cours du Premier ou du Deuxième Âge. Ceci dit, trois points tendent à prouver le contraire. Le premier et le plus simple est dans une des dernières versions du Silmarillion, dans History of Middle-Earth X : « Elle quitta les Terres du Nord et retourna au Sud du monde, où, autant que les Eldar le sachent, elle habite toujours. (22) »
Ici, la mort d’Ungoliant paraît beaucoup moins certaine et on voit bien le fait que, finalement, on ne sait absolument pas ce qu’elle est devenue.

La deuxième source laissant penser qu’Ungoliant pourrait être restée en vie est HoMe 8 (The War of The Ring). Il s’agit des premières esquisses du Seigneur des Anneaux et, pour la partie qui nous intéresse, du Chapitre « Kirith Ungol ». Dès le départ, le tunnel que traversent Frodon et Sam et occupé par une ou plusieurs araignées. Les trois premières versions en comptent plusieurs qui sont du même type que celles qu’avait affrontées Beren (23), tandis que les trois suivantes ne mettent en scène qu’une seule araignée, du nom d’Ungoliant. Ce n’est que dans la dernière version qu’apparaît Arachné. On peut penser que Tolkien ait fini par considérer qu’Ungoliant était trop puissante pour pouvoir être vaincue par les deux Hobbits et que c’est pour cette raison qu’il l’a substituée par sa fille.
Mais selon ces versions, Ungoliant ne pouvait être morte. Le problème majeur de cette version est que, si Ungoliant a quitté Nan Dungortheb au tout début du premier âge, elle a forcément du attendre la fin de cet Âge, donc environ 500 ans, pour pouvoir accéder au Mordor et ceci ne semble pas très crédible vu qu’on ne trouve aucune trace de région corrompue au sud à cette époque.

La dernière version montrant qu’Ungoliant est restée en vie, se trouve dans Le second livre des Contes Perdus. Nous avons vu que dans cette version, elle est l’incarnation de la nuit primordiale Móru. Dans une version du voyage d’Eärendil, on trouve ceci : « La construction de Wingelot. Il recherche Elwing et le vent le pousse loin vers le sud. Wirilómë. S’échappe vers l’Est (24) ». Et dans le Conte du Soleil et de la Lune on trouve aussi : « (…) car Melkor tenait le Nord et Ungweliant le Sud (25) ». On trouve ici la preuve qu’Ungoliant était bien au sud de la Terre du Milieu lors du voyage d’Eärendil.
Mais le plus intéressant se trouve ailleurs. « Urwendi faite prisonnière par Móru (poussée hors du navire par Melko et seule la Lune a été magique depuis). (26) » et il est dit dans HoMe I « Et ici en un temps furent emprisonnés plus tard le Soleil et la Lune (27) ». Urwendi est le même personnage qu’Arien, la Maia qui conduit le vaisseau du soleil. Le passage cité fait référence à Dagor Dagorath, la dernière bataille, qui verra la libération de Melkor. Même si cette version de l’histoire n’est pas des plus fiables, ici Móru, donc Ungoliant est encore vivante à la fin des temps et y joue son rôle. Elle a donc survécu au sud pendant de nombreux Ages.

En résumé, Ungoliant est arrivée en Terre du Milieu via l’Helcaraxë, a été chassée par les Balrogs et repoussée par les pouvoirs de Melian. Elle a vécu un temps dans l’Ered Gorgoroth avant de partir au Sud où elle est probablement restée en vie jusqu’à la fin du monde.

Arachné

Arachné est présentée sans aucune ambiguïté comme étant la descendante d’Ungoliant. « Mais aucun ne pouvait rivaliser avec elle, Arachne la Grande, dernier enfant d’Ungoliant, pour tourmenter le malheureux monde. (28) ». Mais si Ungoliant est sa mère, qui est donc son père ? Le Silmarillion nous apprend que d’autres êtres aranéiformes vivaient dans les vallées de l’Ered Gorgoroth : « Car d’autres créatures immondes en forme d’araignée y vivaient déjà depuis la chute d’Angband, et Ungoliant s’accoupla avec elles pour ensuite les dévorer. (29) ». Que sont ces créatures ? Il est impossible de l’affirmer avec certitude. Le Livre des Contes Perdus contient une remarque intéressante : « En ce temps[après la chute des lampes et la création des Arbres] un grand nombre d’esprits étranges s’aventura dans le monde, (…) certains [vinrent] depuis les forteresses du Nord où Melko demeurait dans les profonds donjons d’Utumna. Pleins de malice et malsains étaient-ils ; avec eux menèrent-ils pièges et agitation et horreur, rendant l’obscurité chose mauvaise et effrayante, ce qu’elle n’était pas avant. (30) ». Il est difficile d’imaginer ce que sont ces créatures, probablement des animaux vivant en une sorte de symbiose avec la nuit. Dans tous les cas, il paraît probable que ce soit ces êtres qui ont servi de partenaires à Ungoliant.
Les accouplements ont entraîné la naissance de très nombreuses araignées probablement de différentes puissances suivant le père. Une partie de cette descendance a été dévorée par Ungoliant mais certaines ont survécu.
La date exacte de la naissance d’Arachné est inconnue. Elle est née pendant l’époque où Ungoliant était encore à Nan Dungortheb, donc entre , 1495 AA (Années des Arbres » -47 AS) et 464 AS (Années du Soleil), donc probablement peu après le lever du soleil.
Arachné a vécu de longues années dans l’Ered Gorgoroth, avant de fuir la destruction lors de la chute de Morgoth. Elle se souvient des jours passés et de l’apparition d’Eärendil : « ‘Aiya Eärendil ! Elenion Ancalima !’ s’écria-t-il sans savoir ce qu’il disait ; (…)Et celle qui marchait dans les ténèbres avait entendu les Elfes lancer ce cri dans les temps lointains ; et elle n’en avait pas tenu compte alors, et il ne la démonta pas à présent. (31) ». Elle dut ensuite échapper à la montée de la mer et à l’engloutissement du Beleriand et nous savons ceci de source sure vue qu’il est écrit le Seigneur des Anneaux : « Aucune histoire ne rapporte comment Arachne vint là, fuyant la ruine, car peu de récits nous sont parvenus des Années Sombres. » . La ruine en question est forcément celle de Beleriand. Ainsi, elle est arrivée en Mordor, bien avant Sauron et s’est établie dans les montagnes de l’Ombres qui dominent le plateau du Gorgoroth (on peut noter la réapparition du terme « Gorgoroth » qui opère un lien entre le Silmarillion et Ungoliant et le Seigneur des Anneaux et Arachné). Le lieu s’appela par la suite Torech Ungol, l’Antre d’Arachné.
On sait le rôle qu’elle joua par la suite, utilisée par Sauron pour garder une entrée de Mordor, elle fut blessée par Frodon et Sam lors de la guerre de l’anneau et on ne sait trop ce qu’elle est devenue par la suite. « Arachne était partie, et l’histoire ne dit pas si elle resta longtemps dans son antre, soignant sa malignité et sa misère, ou si, au cours de lentes années de ténèbres, elle se guérit de l’intérieur, reconstituant ses yeux en grappes, jusqu’à ce que, poussée par une faim mortelle, elle tissât de nouveau ses terribles filets dans les ravins des Montagnes de l’Ombre. » . On retrouve la similitude avec sa mère, toutes deux des créatures un peu énigmatiques, assez casanières et dont on ignore le sort.
Un point intéressant est l’effet de la fiole de Galadriel sur Arachné. Elle est terrifiée et cette lumière blesse ses yeux. Ceci est assez logique si on tient compte du fait que la lumière en question est celle d’Eärendil et donc un reflet du Silmaril. Celui-ci brûle les êtres mauvais, comme Carcaroth, le gardien d’Angband, a été brûlé en avalant le Silmaril que Beren tenait dans sa main. Il semble assez logique qu’Arachné, créature haïssant la lumière et foncièrement mauvaise, recule devant la lumière émanant de la fiole de Galadriel.

Petite note sur la traduction de Shelob en Arachné. Arachné fait référence à « Arachnide » et est donc un nom générique pour les araignées (d’autant plus qu’Arachné était une femme de la mythologie grecque transformée en araignée par Athéna). Shelob se décompose en ‘she’ préfixe féminin + ‘lob’ araignée (32) et est bien synonyme d’araignée. Donc “Arachné” correspond bien.

Les Araignées de Mirkwood

Les Araignées qu’on peut voir dans Bilbo le Hobbit et qui vivent dans la Forêt Noire (Mirkwood) sont les descendantes d’Arachné et non celles d’Ungoliant. Arachné s’est trouvé des compagnons ayant probablement fuit le chaos de la destruction de Beleriand tout comme elle. Ces créatures sont par contre beaucoup moins puissantes qu’elle-même et ses rejetons, tout en étant de taille assez monstrueuse, sont beaucoup plus faible qu’elle. Le Seigneur des Anneaux nous apprends que ces araignées ont fuit Arachné, arrivant finalement en Rhovanion : « De tous côtés, ses rejetons, bâtards de misérables compagnons, sa propre progéniture qu’elle mettait à mort, s’étendait de gorge en gorge, de l’Ephel Duath aux collines orientales, à Dol Guldur et aux repaires de la Forêt Noire. Mais aucun ne pouvait rivaliser avec elle, Arachne la Grande, dernier enfant d’Ungoliant, pour tourmenter le malheureux monde. » .
Il n’y a pas grand chose de plus à dire à leur sujet. Les Araignées de Mirkwood ne sont que de faibles, bien qu’énormes rejetons d’Arachné et si elles sont de la même lignées qu’Ungoliant, leur puissance ne lui est en rien comparable.

Page 1  Page 3


10/ Silmarillion – chap. VIII : le crépuscule de Valinor
11/ Silmarillion – chap. VIII : le crépuscule de Valinor « elle s’était enfuie vers le sud en évitant les assauts des Valar et des chasseurs d’Oromë qui surveillait surtout le nord. »
12/ HoMe IV p 91 (SM – III The Quenta – 4) : “Thence he came into that region that is called Arvalin”
13/ HoMe X p 98 (MR – II The Annals of Amman – 1492 § 105)“but east of the mountains of the Pelóri”
14/ Silmarillion – chap. VIII : le crépuscule de Valinor « Elle vivait dans un ravin sous la forme d’une monstrueuse araignée et tissait sa toile obscure dans une faille rocheuse. Elle absorbait toute la lumière qu’elle pouvait recueillir et en agrandissait sa toile étouffante et noire jusqu’à ce que sa demeure fut plongée dans les ténèbres, alors de nouveau elle avait faim. »
15/ Silmarillion – chap. VIII : le crépuscule de Valinor : « Ungoliant alors aspira la sève et vint coller son bec noir sur les blessures jusqu’à ce qu’elles fussent exsangues. Puis le poison mortel qui courait dans ses veines vint envahir les arbres et dessécha les racines, les branches et les feuilles, et ils moururent. (…) »
16/ Silmarillion – chap. IX : la fuite des Noldor
17/ Silmarillion – chap. X : les Sindar
18/ HoMe V p 233 (LR – II – VI Quenta Silmarillion - 5 §62) : “and drove away Ungoliantë into the uttermost South, where she long remained.”
19/ Silmarillion – chap. XIX : Beren et Lúthien
20/ HoMe X p 297 (MR – III The later QS – II The second phase – Of the Thieves’ Quarrel §20) : “But Ungoliant went into Beleriand, and there dwelt for a time beneath the Eryd Orgoroth [> Gorgoroth], in the dark valley that was after called Nan Dungortheb because of the horror that she bred there. But when she had healed her hurts as best she could, and had spawned there a foul brood, she passed away.”
21/ Silmarillion – chap. IX : la fuite des Noldor p
22/ HoMe X p 109 (MR – II The Annals of Amman – fifth section §126): “she passed away out of the Northlands, and returned into the South of the world, where she abides yet for all that the Eldar have heard.”
23/ HoMe VIII p 184 (WR – VIII) : “there dwelt great spiders (…) such as Beren fought in the dark cañons of the Mountains of Terror above Doriath.”
24/ HoMe II (CP2 – V conte d’Eärendel)
25/ HoMe I (CP1 – VIII Le Conte du Soleil et de la Lune)
26/ HoMe II (CP2 – VI L’histoire d’Eriol ou Ælfinwe et la conclusion des contes – 7)
27/ CP1 chapitre VI : le Vol de Melko et l’Assombrissement de Valinor
28/ SdA – Les deux Tours – Livre IV – chapitre IX l’Antre d’Arachne.
29/ Silmarillion – chap. IX : la fuite des Noldor
30/ HoMe I (CP – VI L’enchaînement de Melko)
31/ SdA – Les deux Tours – Livre IV – chapitre IX l’Antre d’Arachne. ‘Voyez Earendil le plus brillant d’entre les Astres !’
32/ Letters n°70 : “Do you think Shelob is a good name for a monstrous spider creature? It is of course only 'she + lob' (= spider), but written as one, it seems to be quite noisome.”

Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-04-07 19:26
Auteur : Gildor Inglorion

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 0 sur 5 (0 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement