Essais » Articles

¤Article : "Gondolin et la chute de Gondolin" (page 3/3)

Alors commença la bataille de Gondolin. Les serpents de Melko arrivèrent mais ne purent escalader les parois lisses d'Amon Gwareth et l'eau de ses cascades en les touchant formait une vapeur brûlante. Mais Gothmog, le Seigneur des Balrogs et le capitaine des armées de Melko (et son fils dans cette version) rassembla les serpents de fer qui s'entassèrent devant la porte nord. Leurs anneaux atteignirent son seuil et les bastions qui l'entouraient et brisèrent les portes. Mais tout ce que les Elfes lancèrent ne fit que rebondir où couler sur leurs corps métalliques. Ceux du haut s'ouvrirent en laissant sortir les multitudes d'Orques qu'ils transportaient. Les peuples du Marteau de Colère et de l'Arbre les attaquèrent à coup de marteau et l'Hirondelle et l'Arche les couvrirent de flèches. L'Aile était en plein combat dans les rues quand Tuor rentra chez lui et y découvrit Meglin avec de nombreux gens de la Taupe. Alors ceux de l'Aile attaquèrent ceux de la Taupe et Maeglin tenta de poignarder Eärendil. Mais Tuor lui brisa le bras et le fit basculer dans le vide et il heurta trois fois Amon Gwareth avant d'arriver en bas (deux fois dans le Silmarillion). Tuor laissa quelques hommes derrière lui avant de repartir vers la porte.
Pendant ce temps, les Balrogs attaquaient avec des fléchettes de feu depuis le pied d'Amon Gwareth et Duilin de l'Hirondelle tomba. Les flèches enflammées des Balrogs consumèrent toutes les plantes de la ville. Une compagnie monta sur les serpents de fer pour incendier la ville. Le Marteau de Colère, mené par Rog fit une sortie, repoussèrent les Orques en contrebas et bondirent sur les anneaux des serpents pour attaquer les Balrogs, en tuant un grand nombre. Alors Gothmog envoya une partie de ses démons l'attaquer et une autre partie couper sa retraite. Le Peuple du Marteau continua son attaque, arrivant dans la plaine et massacrant beaucoup d'Orques avant de se faire exterminer avec leur chef par un dragon de feu.
Dans la cité, les Gondothlim reculèrent et beaucoup d'hommes du Pilier et de la Tour de Neige moururent autour de leur chef Penlod. Les Gobelins tenaient la porte et une partie des murs et beaucoup de ceux de l'Hirondelle et de l'Arc-en-Ciel y furent tués. Ils pénétraient presque jusqu'au centre de la ville et même jusqu'au Lieu du Puits. Les serpents de bronze montèrent sur les serpents de fer et ouvrirent le mur pour permettre le passage des Balrogs montés sur les dragons de flammes. Les hommes de la Fontaine et ceux de l'Aile arrivèrent au centre de la cité et attaquèrent les orques et en tuèrent un nombre colossal, les repoussant presque jusqu'à la porte. Alors les dragons, les Orques et les Balrogs arrivèrent par la brèche du mur. Et Echtelion et Tuor tuèrent de nombreux seigneurs Orcs (Othrod, Balcmeg, Lug et Orcobal) et de nombreux Balrogs (trois pour Echtelion, cinq pour Tuor). Mais Echtelion fut blessé et Tuor l'emporta, blessant au pied un dragon de feu. Ils atteignirent d'abord la Place du Puits-du-Peuple où Galdor défendait l'Arche d'Inwë à l'ouest et où étaient les survivants des maisons de l'Aile, de l'Arbre, de la Fontaine, de l'Hirondelle et de l'Arche. Ils quittèrent la Place du Puit pour la Place du Roi, plus facile à défendre. Depuis l'est arrivèrent Glorfindel et la Fleur d'Or repoussés depuis le Grand Marché par un dragon de feu et poursuivis par une horde d'ennemis. La maison de la Harpe quitta Salgant qui avait dit à ses hommes de rester sur la Place du Petit-Marché et partit rejoindre le reste des forces des Gondothlim sur la Place du Roi. Eglamoth arriva avec le reste de la maison de l'Arche et d'autres survivants. Alors les Gondothlim barricadèrent la place. Un dragon fini par rompre la barrière nord qui bloquait l'Allée des roses et Gothmog vint. Eglamoth fut jeté à terre, mais Echtelion, son bras gauche inutilisable, se jeta sur le Balrog. Il fut blessé au bras droit et lâcha son arme. Il se jeta alors sur Gothmog la tête la première et lui planta la pointe de son heaume dans le torse. Il entoura alors de ses jambes les cuisses de son ennemi et ils tombèrent tous deux dans la fontaine du roi et y périrent.
Alors la maison royale attaqua et le roi lui-même vint, tuant 40 Balrogs et forçant un Dragon de feu dans la fontaine. La place fut recouverte de vapeur et les défenseurs survivant en profitèrent pour débattre de la marche à suivre. Turgon jeta sa couronne dans la poussière et monta au sommet de la tour blanche dressée près de son palais. Alors Tuor parla du passage secret mais Turgon ne voulu pas partir. Les gens de la Maison du Roi se rassemblèrent en rangs serrés au pied de la tour et Tuor organisa les femmes et les enfants et se plaça à l'arrière garde pour essayer de leur permettre de s'échapper. Et ils partirent au sud, suivant la rue des Pompes, passant par la Place des Dieux, les Fontaines du sud et la Voie des Eaux Courantes. Glorfindel tint l'arrière avec vaillance tandis que la compagnie fuyait au pas de course. Mais quand ils arrivèrent à la Place des Dieux, le lieu le plus élevé de la ville, ils virent Idril qui avait fuit la destruction de sa maison et elle regardait derrière eux. Et un grand dragon était couché sur les marches du palais de Turgon et tous les ennemis saccageaient la place. Alors la tour s'embrasa et tomba et ainsi mourut Turgon.
Alors Tuor arriva au lieu de sa maison qui était détruite et toute la compagnie fuit dans le passage secret où avait déjà fuit Eärendil et le reste des gens de Tuor. Certains s'attardèrent pour bloquer le passage derrière eux. Ainsi tomba Gondolin et fuirent certains de ses habitants.

Pendant deux heures, les réfugiés marchèrent dans le tunnel et beaucoup périrent écrasés par des rochers tombés du plafond. En effet, des dragons marchaient au dessus, descellant les pierres. Plusieurs différences se voient ici entre les versions du Silmarillion et de LT2. Dans les deux cas le tunnel s'achève à l'intérieur de Tumladen mais dans une version il ressort au sud (LT2) et dans l'autre au nord (Silm). De plus, dans LT2, les réfugiés arrivent en groupes séparés : d'abord Eärendil, puis les gens de la maison d'Idril puis les derniers survivants de la cité. Dans le Silmarillion, tous semblent arriver en même temps et on ne parle pas de morts dans le tunnel. Enfin, une partie des rescapés choisit de fuir vers le Chemin de l'Évasion et non vers le Cristhorn (Faille des Aigles).
Après que Tuor et Idril soient partis vers le sud, ils rattrapèrent Eärendil et les hommes qui le défendaient et ils étaient attaqués par des loups. Alors Tuor attaqua et sauva son fils et les six hommes qui le défendaient encore. Ils finirent par atteindre Cristhorn, et ils suivirent la faille, lentement, dans la nuit. Au sommet des montagnes bordant la faille se trouvait la demeure de Thorondor (appelé ici Thorndor) et dans les profondeurs coulait un mince ruisseau, Thorn Sir (prenant sa source au nord, coulant un peu vers le sud et disparaissant dans un précipice en formant des chutes). La compagnie fut attaquée par des Orques et un Balrog mais les aigles les attaquèrent et permirent aux rescapés de fuir jusqu'aux chutes de Thorn Sir. Et là le Balrog se jeta sur eux et Glorfindel le combattit mais à la fin ils chutèrent tous les deux dans l'abîme. Thorondor remonta le corps de Glorfindel et il fut placé sous un tertre sur lequel l'herbe poussa verte. Ce passage est identique dans le Silmarillion à l'exception du ruisseau.
Le peuple de Gondolin franchit les montagne et errèrent dans la région du sud des Montagnes (le Dimbar). Dans LT2, les rescapés errent pendant un an et tournent en rond, pris dans la magie de ces landes, avant de tomber sur le Sirion et de passer devant le Chemin de l'Évasion. Dans le Silmarillion, on sait juste qu'ils descendirent des montagnes (au nord cette fois) et suivirent le Sirion, à priori sans s'arrêter ni se perdre. Dans les deux cas, le peuple de Gondolin arrive à Nan-tathren, le Pays des Saules. La géographie le long du Sirion est un peu modifiée dans LT2.
Enfin, la compagnie se reposa à Nan-tathren pendant quelques temps (plusieurs années dans LT2). On a ici le nombre des rescapés : 800 ont traversé la Faille des Aigles mais seulement 320 hommes et 260 femmes quittèrent le Pays des Saules pour atteindre l'embouchure du Sirion. On ne parle pas ici des gens d'Elwing qui vivaient là, mais on dit que les Gondothlim prirent le nom de Lothlim (le Peuple de la Fleur) car le nom de Gondothlim leur rappelait des souvenirs trop Douloureux.


Ainsi s'achève le récit de la chute de Gondolin. La description de la chute de Gondolin est une très belle œuvre épique, plaine de rebondissements et d'actes de bravoure, c'est pour cette raison que le résumé donné ici était très étendu. On peut constater que l'histoire présentée dans LT2 ne présente pas d'incompatibilités majeures par rapport à celle du Silmarillion (ou des Contes et Légendes Inachevés). Les principales différences sont dans la description du Chemin de l'Évasion et sa fonction, dans la nature de Maeglin beaucoup plus nettement mauvaise ici, dans les forces de Morgoth, dans la localisation du passage secret et dans les tribulations des rescapés. Si Tolkien avait réécrit ce texte, il aurait probablement modifié ces détails pour les "faire coller" avec la version du Silmarillion. Ainsi, contrairement à beaucoup de textes des Contes Perdus, la Chute de Gondolin est assez compatible avec le reste de l'œuvre.
On pourrait donc lire l'histoire complète de Gondolin en recollant différentes versions : la création, la construction et la trame de l'histoire du Silmarillion, la description d'Orfalch Echor des Contes et Légendes Inachevés et la bataille finale (ainsi que la description de la ville) du Second Livre des Contes Perdus.

Page 1   Page 2


Voir aussi :
Encyclopédie : Gondolin

Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2007-05-26 22:15
Auteur : Gildor Inglorion

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 0 sur 5 (0 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement