Compilations » Sujets Divers

*Compilation : Les dangers du pouvoir

LES DANGERS DU POUVOIR





une portée philosophique

Didier Merlateau - 20/04/2000

Je trouve qu'il est très peu question de la portée philosophique du Seigneur des Anneaux quand on en parle. Personnellement après plusieurs relectures de cette oeuvre, il m'est apparu évident que Tolkien (même inconsciement) a voulu faire passer une message (en fait je crois que c'était tout à fait conscient de sa part pour plusieurs raisons que je développerais si cela vous interesse).

Il m'a donc paru évident que cette oeuvre est une mise en garde évidente sur les dangers du pouvoir, mais aussi une réflexion sur ce qu'est le pouvoir, comment les hommes se l'approprient, comment ils l'exploitent et comment il peut transformer nos convictions les plus profondes. Même Gandalf le craint car il est sage.



messages palimpsestiques

Mathias Daval - 20/04/2000

La portée philosophique de l'oeuvre de Tolkien a été malheureusement mainte fois disséquée, avec en général un excès d'humour ou d'académisme. Il y a de bonnes études sur le pouvoir toutefois, comme celle de Edith Crowe 'Power in Arda' dans le compte-rendu de la Tolkien Centenary Conference (toujours dans la langue d'Abraham Lincoln - histoire de changer de Shakespeare). Il y a aussi des ouvrages comme The Song of Middle-Earth par David Harvey, qui évoque les thèmes du mythe, de la morale et de la religion.

Personnellement, je ne franchis pas le seuil d'une analyse qui tend √† mettre en valeur "les messages" conscients (et m√™me inconscients) d'un √©crivain. Il est √©vident que le monde d'Arda renferme ses r√©f√©rences, critiques, imaginations ayant trait au monde politique, religieux, philosophique, moral, et esth√©tique. La morale personnelle d'un √©crivain ne peut que transpara√ģtre dans son oeuvre, et l'influencer √† divers degr√©s, et des messages palimpsestiques (histoire de "n√©ologismer" un coup) s'y cachent √† coup s√Ľr comme le carosse dans la citrouille de Cendrillon.

J'ai pour ma part tendance à lire les oeuvres de Tolkien comme j'écoute une belle musique - je n'y cherche aucun message, et d'ailleurs, à mon sens, c'est en les cherchant qu'on ne les trouve point. Encore une fois, cela ne concerne que moi, c'est purement égocentrique et désintéressé. Si je peux me permettre, un dernier mot. Souviens-toi de ces mots de Tolkien à propos du conte de fées : "la suspension volontaire de l'incrédulité".



on a toujours besoin d'un plus petit que soi

Claire Panier - 20/04/2000

Moi, je partage l'avis de Didier, je suis certaine qu'il y a mati√®re √† r√©flexion, mais je ne suis pas convaincue que cela ait √©t√© intentionnel de la part de J.R.R. Tolkien. N√©anmoins, je ne peux m'emp√™cher de croire que la r√©partition des r√īles dans le Seigneur des Anneaux n'est pas innocente. Le choix du porteur de l'Anneau. N'est pas le plus brave celui que l'on croit, la force et la bravoure vont au-del√† des apparences, et souvent aussi le simple fait de se surpasser parce qu'on le doit (devoir) non pas pour se prouver quelque chose, mais parce que c'est une n√©cessit√© absolue, pour la sauvegarde du monde. je crois aussi qu'il y a quelque chose √† retenir du sacrifice de l'innocence (et du retrait) hobbite pour une mission dont Frodon lui m√™me a le sentiment qu'elle est perdue d'avance. Mais y aller quand m√™me, aller au del√† de sa fragilit√©, de ses peurs, de sa nature elle-m√™me, c'est un courage que les grands-et-forts, les puissants de ce monde n'ont pas.

Le vieil adage "on a toujours besoin d'un plus petit que soi" peut para√ģtre ridicule, mais √† la lecture du Seigneur des Anneaux je ne peux m'emp√™cher de penser : moi je me lamente sur mes petits probl√®mes quotidiens, mais √† la place du petit hobbit et de ses compagnons (j'adore Sam, personnellement), aurais-je pu m'en sortir ou aurais-je baiss√© les bras ? Et je passe sur la tentation de l'Anneau nous savons tous combien il est difficile de r√©sister √† la facilit√©, et aux tentations souvent suicidaires (par exemple, les suicides financiers des tentations "cr√©dit" de nos jours). Cela va au-del√† du principe d'invisibilit√© - don empoisonn√© mais √ī combien tentant pour affronter le monde et l'adversit√© - r√©sister √† la pression terrible exerc√©e par l'Anneau, par le d√©sir de l'Anneau - le sien, celui des autres aussi.

Bref, je crois que si on commence √† parler de la port√©e du Seigneur des Anneaux (je ne parle m√™me pas des autres textes) on peut aller tr√®s loin. Je suis persuad√©e pour ma part que c'est justement cela, cette mise en ab√ģme de r√©flexions profondes sur la nature humaine et sur le monde, qui a fait la p√©r√©nit√© de Tolkien. Sans cela et cette √©criture merveilleuse - mais d'autres √©crivent bien mais leur r√©cit est creux, et on l'oublie apr√®s l'avoir lu - il se serait perdu dans la masse des contes de f√©e pour adulte. C'est √† mon avis cela qu'il explique si bien dans Fa√ęrie...



Nous tenons à remercier Didier Merlateau, Mathias Daval et Claire Panier pour leurs contributions.



Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-04-03 16:25
Auteur :

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrťe :

Moyenne des notes : 0 sur 5 (0 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement