Compilations » LittĂ©rature

*Compilation : Les auteurs francophones

LES AUTEURS FRANCOPHONES





Faible intérêt en France


Alain Anselmet - 21/12/1999

L'avancée des sites internet francophones traitant de Tolkien et de Fantasy est importante. En effet il y a encore beaucoup de travail à faire dans ce domaine puisque le dernier sondage réalisé en France pour désigner le meilleur livre du siècle a placé Le Petit Prince (A. de Saint Exupéry) en tête, devant Le Grand Meaulnes (A.Fournier)...
Je ne m'étonne pas trop de ces résultats: même au milieu de la ML (ardalie) j'ai du mal à obtenir quelque écho lorsque je parle de ce fameux Forgeron : Smith de Wootton Major ...



Problèmes de traduction


Arafinwë Ingalaurë - 21/12/1999

Ce n'est pas surprenant qu'aucune des oeuvres de Tolkien ne s'y retrouve, celles-ci n'ayant pas reçu la traduction correcte qu'elles méritaient. De plus, il semble que le genre littéraire « Fantasy » ne soit pas très apprécié des critiques et éditeurs français ou québécois. Je me demande pourquoi ils préfèrent être envahis par des centaines d’œuvres de ce genre provenant de l'étranger que d'encourager des auteurs francophones à écrire dans ce style littéraire.

Je suis vraiment fatigué de voir des "Alexandre Jardin" acclamés à la place d’œuvres beaucoup plus difficiles à écrire et qui demandent beaucoup plus d'imagination comme celles des auteurs, comme notre amie Claire, qui ont des difficultés à se faire éditer.

Je suis fatigué de voir que les auteurs francophones se limitent à des oeuvres, "la plupart ennuyeuses", qui racontent la même histoire à chaque fois. Ce n'est pas étonnant que rares sont les auteurs francophones que je lis, parce que c'est insupportable. Deux tiers des livres que je lis sont des traductions de l'Anglais et viennent des États-Unis ou de l'Angleterre. Pourquoi ?

Je veux lire de bons livres en Français, qui n'ont en rien été altérés par des traducteurs maladroits !



Festival et Revue


J.R. Lecocq - 21/12/1999

En participant ce week-end au Festival de la SF à Roanne, avec Mathias et Guibod, j'ai rencontré un des responsables de l'association « Portique » qui édite entre autres la revue « MiniAture », anthologie périodique de SF et de littérature fantastique.

Cette revue publie chaque trimestre (je reprends ici le texte de leur plaquette de présentation) 50 pages minimum de nouvelles en langue française, le plus souvent inédites, d'auteurs contemporains. Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter leur site : www.multimania.com/portique (je n'ai pas encore eu l'occasion d'aller y faire un tour).

A ce festival étaient aussi présents beaucoup d'éditeurs de SF française qui malheureusement ont aussi le regret de se voir éclipsés par la "grande publication" et les auteurs anglophones. En effet, je n'ai que trop rarement vu dans la librairie près de chez moi (qui pourtant est assez conséquente) les livres présentés à ce salon...

Il est aussi vrai que payer un traducteur pour un bouquin qui a déjà eu du succès à l'étranger est un risque moins grand que de lancer un "jeune auteur" dans "la cour des grands"...



MĂ©diatisation


Christine Cloux - 21/12/1999

Peut-être est-ce simplement une question de médiatisation des œuvres. Tout le monde connaît Wells, Tolkien... au moins de nom, mais par contre, les auteurs francophones sont généralement méconnus parce que la littérature "pseudo-scientifique" ou fantastique au sens large du terme, en France (en francophonie) était plutôt marginale. Et cependant, des auteurs, comme Camille Flammarion, ont eu un succès retentissant. Des millions d'exemplaires des livres de Flammarion se sont vendus, alors pourquoi ne les réédite-t-on pas, aujourd'hui ? Qui connaît les quelques livres que Messac a eu le temps d'écrire avant d'achever dramatiquement sa vie dans un camp de concentration ? Je pourrais en citer beaucoup d'autres. Aujourd'hui on recommence à lire ces œuvres, tombées dans l'oubli durant, pour certaines, plus d'un siècle. Question d'histoire des mentalités, une question socioculturelle passionnante en soi. Je crois que l'on "subit", encore aujourd'hui, en francophonie, le rationalisme des Lumières, voire le cartésianisme des manuels scolaires dans lesquels ont étudié la plupart des francophones. Quelles étaient les lectures obligatoires, en classe ? Que vous demandait-on de faire avec un texte ? Et que demandait-on à vos parents ? Et si vous avez des enfants, que leur demande-t-on aujourd'hui ? Jetez un petit coup d’œil dans des revues ou tout ouvrage destinés aux enseignants, il y a peut-être bien quelques éléments de réponse.





Nous tenons Ă  remercier pour leurs contributions.
Discussion compilée par Eriol 34




Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-04-03 16:28
Auteur : Lilith

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 0 sur 5 (0 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement