Compilations » J.R.R.Tolkien » Linguistique

*Compilation : Les différentes langues chez Tolkien

LES DIFFÉRENTES LANGUES CHEZ TOLKIEN





combien de langues chez Tolkien ?

Jérémie Knuesel - 10/03/2002

Il n'y en a pas tant que ça... Une dizaine peut-être ? Mais sur certaines on ne connaît que quelques mots, donc personne ne les "connaît" toutes. Si quelqu'un peut donner le nom de chaque langue ? On peut essayer de les recenser :
- Quenya.
Ex : le poème Namárie de Galadriel.
- Sindarin.
Ex : A Elbereth Gilthoniel chanté par Arwen.
- Noir parler.
Ex : l'inscription de l'anneau : Ash nazg durbatulûk.
- Parler commun.
Ex : dans l'appendice F, les mots comme Banazîr.
- Entique.
Ex : dans l'appendice F : A-lalla-lalla-rumba-kamanda-lindor-burúme.
- Adûnaic.
Ex : les noms des Rois de Númenor dans l'appendice A (à partir du Roi Ar-Adûnakhôr).
- Khuzdul.
Ex : Khazad-dûm.
- Telerin.
Ex : le nom Telperion.
- Doriathrin.
Ex : le nom Dior dans l'appendice A.
- La langue du Rohan.
Ex : kud-dûkan dans l'appendice F.
- Drúedain.
Ex : gorgûn dans le livre V chapitre 5 "La chevauchée des Rohirrim".
- La langue du Khand.
Ex : le mot "Khand" lui-même.
- La langue du Harad.
Ex : Incánus dans le livre IV, chapitre 5 "La fenêtre sur l'ouest" ? Pas sûr... Cf : les pages 195-197 des CLI III, Tolkien émet aussi l'hypothèse que c'est un mot quenya, et que Incánus est un nom que Gandalf portait au Gondor.
- Les langues du Nord.
Ex : dans l'appendice F, Tolkien dit que Trahald et Nahald sont les véritables noms, dans les langues du Nord, de Sméagol et Déagol.
On pourrait encore compter une autre langue, celle de Dale, si le mot Trâgu (le "vrai" nom de Smaug) avait été présent dans le SDA, mais il apparaît dans HOME XII.
- La langue du Dunland (Pays de Dun).
Ex : le mot forgoil dans le livre III chapitre 7 "Le gouffre de Helm".
- La langue des Elfes Sylvains.
Ex : le mot "Lindon" qui apparaît dans les appendices A et B.
Ca fait déjà 15 ou 16... Et on pourrait aussi citer le Vieil Anglais (pour les mots comme holbytla) ou même l'anglais, mais ce ne sont pas des langues "tolkieniennes". Quelqu'un voit-il d'autres langues présentes dans le SDA ?



le doriathrin

Hervé Baratte - 10/03/2002

Je ne crois pas que le doriathrin existe, car Doriath était le royaume d'Elwë Thingol, un Sinda (Elfe Gris), donc sa langue devait être le sindarin. J'ajouterai par contre à la liste le vanyarin, langue des Elfes Vanyar (Elfes Blonds), mais c'est vrai qu'on n'en voit guère en Terre du Milieu...



les langues

Gandalf Mithrandir - 10/03/2002

Pour les langues je peux donner ceci (qui doit être presque complet) :
Quenya.
Sindarin.
Adûnaic.
Westron (Sôval Phâre).
Telerin.
Doriathrin.
Diverses langues humaines (Rohirric, les langues du nord, le Drúedains, le Taliska de Beorn, les langues des peuples du sud Harad et Khand et le Dunlending).
Nandorin.
Ancien sindarin.
Ilkorin.
Avarin.
Khuzdul.
Entique.
Langue orque et noir parler.
Valarin.
Qenya (ou Quenya primitif).
Le Doriathrin existe réellement c'est la langue parlée à Doriath mais s'agit-il vraiment d'une langue a part ou plutôt d'un dialecte la je peux pas dire.
Sinon j'ai vu que Basile a distribué des adresses Internet dont une n'est pas correcte : TolkienVF ne se trouve plus a l'adresse chez.com mais à l'adresse www.tolkiendil.com.



sérieux ?

Félix - 10/03/2002

Je voudrais savoir si les travaux présents à cette adresse (http://www.uib.no/People/hnohf/qcourse.htm ) sont reconnus par les érudits tolkienniens ou si ce ne sont que des extrapolations à partir du site Ardalambion ? Si je demande ça c'est parce que le quenya est déjà assez complexe alors si je me mets à apprendre des choses "fausses" je ne vais plus jamais m'y retrouver !



un domaine complexe

Sébastien Bertho - 11/03/2002

Le doriathrin a bien existé dans la conception que Tolkien avait des langues elfiques. Il s'agit en fait d'un dialecte de sindarin qui avait cours, je vous le donne en mille, à Doriath ! Il est également assez probable que Tolkien ait envisagé d'autres dialecte de sindarin : sindarin du nord (inconnu), sindarin des Havres (falathrin) et parler de Gondolin... Toujours est-il que ces langues se confondirent après la ruine de Beleriand, puisque tous les Sindar finirent par se retrouver en Lindon avant de se répandre en Eriador. Mais certains noms anciens "étranges" ou difficilement explicable peuvent trouver leur explication dans l'existence de différents dialectes de sindarin (le doriathrin étant l'un des plus connus et attesté puisqu'il fut décrit dans les Etymologies, une très importante liste de racines elfiques et de leurs dérivés publiée dans The Lost Road). La langue des Vanyar est très peu connue puisqu'ils restèrent à Valinor... Sinon le site Ardalambion est éminemment reconnu par les lambengolmor (Maîtres des Langues), c'est d'ailleurs l'un des sites les plus complets sur le sujet des langues inventées de Tolkien. Cependant, l'étude des langues de Tolkien est un domaine où personne ne détient LA vérité : vu la relative pauvreté du matériel disponible pour l'analyse, on en est souvent réduit à tirer des conclusions ou à formuler des hypothèses à partir d'un petit nombre d'occurrences. De plus, les langues de Tolkien évoluèrent tout au long de la vie de leur concepteur et en deux dimensions. Tolkien décrivit abondamment l'histoire de ses langues au niveau "interne", c'est-à-dire leur évolution au sein du monde fictif. Mais Tolkien était un insatisfait chronique qui n'avait de cesse de réviser ses langues en fonction de ses goûts linguistiques et de ses envies et elles ne furent jamais "fixées" au niveau "externe" (c'est-à-dire la "vraie" vie de Tolkien). En fait, son plaisir principal venait de l'invention même. Cela le poussa à réviser encore et toujours ses langues, certaines révisions "externes" aboutissant à de grands bouleversements "internes". Par exemple lorsqu'il écrivit le SDA, il se rendit compte que la langue qu'il avait pendant des années appelée "gnomique" ou "noldorin" ne pouvait pas logiquement être attribuée aux Noldor. Ceux-ci ayant vécu près des Vanyar pendant des milliers d'années, il était peu probable qu'ils aient développé une langue aussi radicalement différente du quenya. Il eut alors l'idée de transférer le "noldorin" dans la bouche des Teleri qui étaient restés en Terre du Milieu, les Sindar qui furent séparés des Calaquendi pendant des millénaires. C'est ainsi que le "noldorin" devint le sindarin.Tout cela pour dire que l'étude des langues elfiques est un domaine complexe et qu'il existe de nombreux points de vue et méthodes pour les aborder. Le cours de quenya d'Ardalambion n'est pas faux ! C'est même sûrement le cours le plus précis et exact à ce jour. Seulement certaines des hypothèses d'Helge sont contestables et contestées, mais cela est surtout du au dessein de l'auteur : faire du quenya une langue utilisable et rendre accessible au plus grand nombre l'héritage linguistique légué par Tolkien. Helge fait donc des choix dans le corpus disponible ou élabore des théories qui ne sont pas partagés par tous. Mais, dans l'ensemble, son travail est reconnu par la communauté linguistique comme étant de grande qualité et comme un excellent travail de vulgarisation. Si tu veux te familiariser avec les langues de Tolkien ou écrire des textes en quenya, le site ardalambion est un très bon début.



rectifications

Edward J. Kloczko - 11/03/2002

Personne ne connaît le nombre exact des langues imaginées par Tolkien et cette liste est très loin d'être complète.
Le westron est le terme anglais traduisant "adûni" pas sôval phâre (= langue commune).
Le "taliska de Beorn" n'existe pas ! Le taliska est une langue imaginée par Tolkien dans les années trente comme langue parlées par tous les Edain du Beleriand. Tolkien à ensuite changé d'avis sur cette langue et a créé des langues pour chacune des 3 maisons des Edain. Le nandorin est un groupe de langues.
A ma connaissance Tolkien n'a jamais écrit "ancien sindarin".
L'ilkorin a existé entre 20-30 et a ensuite été abandonnée.
L'avarin est un groupe de langues.
Il existe DES langues orques et la langue noire (Black Speech).
Il y a aussi la langue imaginée par Melkor au 1er âge pour ses esclaves.
Il ne faut pas confondre la vision externe : le qenya est la langue primitivement inventée par Tolkien vers 1912 ; et la notion interne : quendien primitif, la langue à l'origine des langues elfiques.
La différence entre "langue" et "dialecte" est une distinction politique ou sociale pas linguistique.
La division du sindarin en 3 "géo-lectes" date des années 50.
Le sindarin du nord n'est pas une langue inconnue, mais seulement un peu connue... Voir mon article reproduit sur ardalambion : http://www.uib.no/people/hnohf/ilkorin.htm. On sait par exemple que le nom Fim est nord sindarin (du q. Finwe), que Beren parlait cette langue et que c'est aussi pour cela que Thingol se moqua de lui. Ou bien, qu'en sindarin on disait pour 4e canthui, 6e enchui / ënxui et en sindarin du nord : *cantui, *encui / ënkui (voir Vinyar Tengwar, nº 42 (2001), p. 27).
La langue des Vanyar, peu connue, pas vraiment. Plutôt "assez bien connue" je dirais, puisque le vanyarin est une "dialecte" du quenya ou du quendya comme disent les Vanyar. Ainsi les Vanyar on préservés le son "z" (ázë), qui n'est pas devenu un "r" (voir à ce sujet HOME XI - Quendi & Eldar).
Si tu veux te familiariser avec les langues de Tolkien ou écrire des textes en quenya, le site ardalambion est un très bon début, oui certes, mais après avoir lu d'abord les écrits linguistiques de Tolkien sur ces langues elfiques. Soit (liste incomplète) : Qenyaqetsa (épuisé hélas), I Lam Na Ngoldathon (épuisé hélas), Lammas, Lammasethen, Etymologies, Quendi & Eldar : Essekenta Eldarinwa, Sibbolêth de Feanor, Dangweth, les Appendices E & F du SDA et les notes linguistiques de Road Goes Ever On.



ilkorin et vanyarin

ardalambion_fr - 12/03/2002

Arf, sacré Edouard !
Je suis loin d'être aussi érudit que toi au niveau des langues elfiques (j'ai encore quelques HoMe à lire, entre autre). Toutes mes excuses pour avoir oublié que le sindarin du nord correspond à l'ilkorin !
On sait par exemple que le nom Fim est nord sindarin (du q. Finwe), cela veut-il dire que l'ilkorin fut influencé par le quenya des Noldor ?
C'est dans quel bouquin que Thingol se moque de Beren ?
Je n'ai pas encore le VT 42 (pas pour longtemps, je l'ai commandé). En tout cas ces éléments donnent eux aussi l'impression que l'ilkorin a été influencé par le quenya.
Pour le vanyarin, au temps pour moi... J'aurais du dire "très peu connue en Terre du Milieu", en tout cas à partir du moment où les Noldor arrivèrent en Beleriand. Et encore, vu à quel point les Vanyar étaient "conservateurs", il est probable que leur langue n'évolua quasiment pas entre l'exil des Noldor et leur retour. En fait, j'aurais du dire "le vanyarin est peu connu des habitants de la Terre du Milieu du 3e Age".
Si tu veux te familiariser avec les langues de Tolkien ou écrire des textes en quenya il faut avoir lu d'abord les écrits linguistiques de Tolkien sur ces langues elfiques, cela va sans dire... Mais il est parfois bon de le rappeler !
Ah, ça fait du bien de discuter un peu de l'elfique sur cette liste !



qui m'apprendra les langues des Elfes ?

Edward J. Kloczko - 13/03/2002

Cela veut-il dire que l'ilkorin fut influencé par le quenya des Noldor ?
Non, pas au début. Mais les Feanoriens ont débarqué dans leur région (Drengist), ce sont ces Elfes-là qu'ils ont rencontrés en premier.
C'est dans le HoMe XII que Thingol se moque de Beren à cause de sa langue.
Je ne crois pas que l'ilkorin ai été influencé par le quenya.
Man istauva nin i lambi Eldarion ?
Qui m'apprendra les langues des Elfes ?



quenya et sindarin

Sébastien Bertho - 18/03/2002

Edouard ne croit pas que l'ilkorin a été influencé par le quenya. Mais l'abandon du ach-laut (ch) ne pourrait-il pas être du à l'influence du parler des Noldor de retour en TDM ? Je trouve vraiment que cantui ou encui ressemblent, par leur morphologie, à du quenya.
Pour ta phrase (Man istauva nin i lambi Eldarion ? Qui m'apprendra les langues des Elfes ?), je pensais que le verbe ista- signifiait "connaître, savoir", pas "apprendre"... Non ? "Apprendre" pourrait être *istata- (avec le suffixe causatif -ta, littéralement "faire savoir") ou peut-être *-istya, mais on entre là dans le domaine de la spéculation (le fameux quenya hypothétique du 7e Age) !



Nous tenons à remercier Jérémie Knuesel, Hervé Baratte, Gandalf Mithrandir, Félix, Sébastien Bertho, Edward J. Kloczko et ardalambion_fr pour leurs contributions.




Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-04-04 12:05
Auteur : Lilith

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 0 sur 5 (0 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement