Compilations » J.R.R.Tolkien » Linguistique

*Compilation : Ici repose l'étoile de nos vies

ICI REPOSE L'ETOILE DE NOS VIES





Epitaphe

Marie-Christine Luciani – 16/01/2002

Je voudrais savoir si quelqu'un pourrait me traduire cette phrase en elfique et me l'écrire aussi : "Ici repose l'étoile de nos vies".



Epitaphe en sindarin

Beleg – 18/01/2002

Pour le Sindarin, j'ai demandé à un ami, expert de Sindarin (il s'appelle Tarabas mais il ne suit pas cette Liste de Diffusion), qui m'a ainsi traduit :
C Sad en-gwîl en-elen uin-cuiaid ammen. Cela signifie "Lieu de la paix de l'étoile de nos vies", mais il n'a pas réussi à faire mieux.



Epitaphe en quenya et rectification de celle en sindarin

Hiswelóke – 18/01/2002

Tentative très hypothétique en quenya (haut-elfique) : Sinome caita i elen cuilelvaron. Je reste sceptique sur une forme comme cuilelvaron.

Pour ce qu'a écrit Beleg, je ne sais pas d'où vient ce gwîl pour "paix", le mot habituel est sîdh. Le mot pour étoile est êl (forme poétique, pluriel elin, pluriel collectif elenath) ou plus généralement gil. La forme ammen signifie "pour nous", littéralement. On ne connaît pas la forme de l'adjectif possessif première personne du pluriel en sindarin, donc on ne saura pas dire "notre".

La langue sindarine se caractérise notamment par ses mutations initiales de consonnes (phénomène que l'on retrouve en gallois ou en breton, par exemple). Une préposition comme uin "du, de la, des" appelle à priori une mutation adoucissance. Je dis "a priori" parce que nous n'avons pas d'exemple avec uin, seulement avec la préposition erin bâtie sur le même principe, "sur le, sur la, sur les" - cf. erin dolothen Ethuil "on the eighth [day] of Spring" uin Echuir "of the Stirring [month]". Si ce n'est pas une mutation adoucissance, c'est au moins une mutation nasale. Quoi qu'il en soit, uin-cuiaid n'est pas une construction possible.

Pour "vie", le nom cuil est attesté, autant l'utiliser plutôt que de recourir indirectement à un gérondif (cuiad). Sans rancune pour "l'expert" (je me garderai bien, moi-même, de revendiquer un tel titre, en l'état actuel de nos connaissances).

Je me garderai bien, aussi, d'essayer de traduire cette phrase en sindarin. Déjà, sans le verbe "reposer", cela risque d'être très approximatif. quenya comme sindarin ne sont pas des langues que l'on peut "parler" ou dans lesquelles on peut tout exprimer. Elles n'ont que 2000 mots environ, et de nombreux points de grammaire restent très obscurs. Le film peut laisser croire que ce n'est pas le cas, avec tous ses discours en sindarin. Mais il faut préciser que la plupart des "dialogues" elfiques du film sont l'oeuvre d'une personne (David Salo est crédité au générique) ni plus ni moins contestables que ce que nous pouvons proposer ici. Quand ce ne sont pas de pures "inventions", ce sont des "reconstructions" hypothétiques.



Nous tenons à remercier Marie-Christine Luciani, Beleg et Hiswelóke pour leurs contributions.
Discussion compilée par Xavier Imbert




Catégories de cet article

Dernière mise à jour : 2006-04-05 08:41
Auteur : Lilith

Imprimer cet article Imprimer cet article
Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Merci de noter cette entrée :

Moyenne des notes : 0 sur 5 (0 Votes)

complètement inutile 1 2 3 4 5 indispensable

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement